Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Marvel's Luke Cage. Saison 1. Episodes 8 et 9.

23 Octobre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Luke Cage

Critiques Séries : Marvel's Luke Cage. Saison 1. Episodes 8 et 9.

Marvel’s Luke Cage // Saison 1. Episodes 8 et 9. Blowing Up the Spot / DWYCK.


Après le cliffangher de l’épisode 7, on laissait Luke Cage, notre héros, un peu mal en point. Et l’arrivée de Willis Stryjer aka Diamondback ne fait que créer une vraie escalade de violence dès l’ouverture de l’épisode. En tirant sur l’ambulance (sans mauvais jeu de mots) où se trouve Luke et Claire, la série créée ici une scène de film de super-héros parfaite. Mais Diamondback est parfait, bien plus vilain et efficace que Cottonmouth finalement. Du coup, Diamondback me rappelle un peu Tony Todd dans Candyman et la référence (s’il y en a une) est absolument exquise. Si la ressemblance est assez physique, la ressemblance va tout de même un peu plus loin. Cet épisode séduit justement par sa capacité à surprendre le téléspectateur et à nous donner de la capacité de la série à aller un peu au delà de ce que l’on pourrait probablement imaginer. La référence de Candyman est donc bonne et permet aussi d’identifier certaines choses dans l’univers de cet épisode. Diamondback, en vilain pour la saison 1 de Luke Cage ? C’est parfait. C’est bien mieux que tout ce que l’on nous a offert jusqu’à présent dans la série. Et l’épisode gagne d’ailleurs des points avec une telle histoire. Cela permet de voir un épisode détonnant qui ne laisse aucun répit au téléspectateur. Il y a même un côté film d’horreur au moment où Diamondback débarque à l’hôpital où est soigné Luke.

Tout cela jusqu’à ce que Diamondback se retrouve face à notre inspectrice. Je trouve que la série n’a pas osé grand chose mais d’un autre côté cela fonctionne aussi malgré tout. Le danger que l’on ressent et le fait que Luke Cage semble capable de tuer tout le monde me plaît. Cela change des habitudes que l’on a pris avec la série. Le fameux pistolet de Diamondback semble être le seul qui est capable de faire du monde à Luke, ce qui est là aussi un classique de super-héros. Tous les super-héros ont leurs faiblesses et notamment Superman sur lequel on a déjà tiré plusieurs fois avec des balles en kryptonite verte que cela soit dans n’importe quelle version du super-héros. Au travers d’un tel épisode, Luke Cage démontre donc sa capacité à proposer quelque chose d’un peu plus neuf et efficace. Cela change de tout ce que l’on avait pu voir jusqu’à présent dans une saison qui manquait justement de vilains identifiables et de réelles prouesses dans ce sens là. Quand on nous révèle que Diamondback est le frère de Luke, je dois avouer que je n’y attendais pas nécessairement mais là aussi cela a du sens. Encore une fois dans les histoires de super-héros il y a souvent des jumeaux maléfiques, des frères vilains, etc. C’est un cliché tout cela pour Luke Cage mais cela fonctionne plutôt bien et c’est déjà pas mal.

Ce qui était compliqué c’était de délivrer par la suite un solide épisode. « DWYCK » permet plutôt bien de poursuivre son expérimentation autour de Luke Cage et de Diamondback. Quand la série nous a présenté ce vilain dans l’épisode précédent, on a rapidement compris que le but de la série était complètement différent. A la fin de l’épisode précédent, on nous confirmait que Luke et Diamondback sont réellement frères alors il était logique que ce nouvel épisode se concentre sur donner quelques réponses sur le sujet. La série offre ici un parallèle intéressant entre deux hommes et leurs relations avec leur père. Par ailleurs, nous avons aussi d’autres émotions comme celle de Mariah. Si dans l’épisode précédent elle asseyait toujours aussi bien sa place de vilaine (et j’adore toujours autant Alfre Woodard), je dois avouer que je ne m’attendais pas nécessairement à ce que cela aille dans cette direction là non plus. Mariah trouve une vraie vitesse de croisière qui me plaît et qui change de ce que l’on avait pour habitude de voir depuis son introduction. C’est un peu comme si Diamondback avait dynamité la série avec son arrivée et que plus rien ni personne ne pouvait arrêter l’ascension de Luke Cage.

Les vilains ne sont pas les seuls personnages que la série explore à sa façon dans cet épisode. Misty Knight reste l’une des choses les plus importantes de Luke Cage et après l’épisode précédent, elle se retrouve avec une place qui fait toujours mouche là aussi. Si au début je doutais grandement des capacités de Luke Cage à devenir une bonne série de super-héros, ces deux épisodes viennent de me prouver qu’il y avait quelque chose à creuser dans cette série. La série a pris son temps, notamment pour mettre en place Harlem et son univers, sans compter sur le racisme, l’exploitation afro-américaine etc. Les réflexions ont été nombreuses mais pas toujours aussi brillantes que l’on aurait probablement dû le croire. Et c’est bien là qu’il y a un problème… Du coup, ici nous avons la lumière qui est posée sur ce qu’il faut et cela fonctionne très bien. En espérant que les derniers épisodes de la saison soient du même acabit.

Note : 9.5/10 et 8.5/10. En bref, Luke Cage devient enfin intéressante.

Commenter cet article