Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Le Client (2016)

11 Novembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Le Client (2016)

Le Client // De Asghar Farhadi. Avec Shahab Hosseini, Taraneh Alidoosti et Babak Karimi.


Après le très bon Une séparation, le réalisateur iranien Asghar Farhadi revient pour un film présenté en compétition lors du Festival de Cannes 2016. Lors de ce festival, Le Client a remporté deux prix : celui du scénario et de l’interprétation masculine (ce qui n’est pas rien) alors en toute logique je me suis laissé emporter par l’idée. Surtout que je garde un bon souvenir d’Une séparation comme d’un film bouleversant. Le Client fait lui aussi partie de ces films étranges au premier abord qui savent conjuguer les gens avec brio. En soit, il n’y a rien à redire sur ce joli film. Le cinéma iranien continue de nous abreuver de films solides, intelligents et surtout avec un joli sous texte qui permet de comprendre le contexte local. On doit la réussite de Le Client à beaucoup de choses, que cela soit la façon dont le casting est utilisé ou encore l’histoire évolue. Le moment où tout bascule par exemple est un joli moment intriguant, presque Hitchcockquesque jusqu’à ce que le film plonge en drame socio-personnel. Le Client tente de reproduire ce sentiment que chacun de nous pourrait avoir face à un lieu où l’on aurait vécu un drame.

Contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d'importants travaux menaçant l'immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un incident en rapport avec l’ancienne locataire va bouleverser la vie du jeune couple.

Pourriez vous rester dans cet appartement après ce qui s’est passé ? C’est une question que le film pose souvent et permet aussi de poser les bases d’une réflexion sur les conséquences que tout cela peut bien avoir sur la vie de couple de nos deux héros, sur leur travail et tout ce qui s’en suit. C’est une escalade de sentiments certes mais toujours développés avec intelligence. Le film enchaîne alors les surprises car au delà de l’évènement qui va tout changer, vont s’en suivre d’autres évènements très différents qui vont là aussi compliquer un peu plus l’histoire de nos deux héros. Le Client parle aussi de façon intelligente de la société iranienne et de son puritanisme. Notamment quand Emad, professeur, propose des livres pour ses élèves qui ne seront pas validés par la direction de l’école. C’est ainsi que l’on peut voir à quel point cette société iranienne est très ancrée dans certaines de ses valeurs qui vont avoir des conséquences sur ce que nos personnages ont vécu. Le film est également rempli d’une vraie humanité, d’une lueur d’espoir dans cette société que les choses peuvent changer. Mais Le Client ne choisit pas non plus de terrain et ne veut pas se poser en juge.

Le film laisse alors à chacun adopter sa propre vision des choses. La récompense du meilleur scénario à Cannes est amplement mérité (et je ne parle pas de celle récolté par son acteur principal qui la mérite lui aussi). Le scénario est truffé de belles trouvailles qui donnent tout de suite à Le Client ce sentiment que l’on ne s’ennuie jamais.

Note : 9/10. En bref, un très joli film.

Commenter cet article