Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Snowden (2016)

2 Novembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Snowden (2016)

Snowden // De Oliver Stone. Avec Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley et Zachary Quinto.


Si Oliver Stone a voulu raconter l’histoire d’Ed Snowden c’est uniquement car pour lui, le message de cet homme n’a pas été compris. Et cela se comprend. Après s’être attaqué à JFK ou encore Nixon, le réalisateur revient avec le biopic d’un homme considéré comme un ennemi d’Etat. Si vous avez vu Citizenfour (2015), le documentaire qui retrace l’interview réalisée dans la chambre d’hôtel de Hong Kong (dont Snowden reproduit des passages), alors vous aurez l’un des angles de vue de Snowden. Cependant, Snowden ne cherche pas à reproduire dans la vie de notre héros ce que ce dernier a voulu raconter. Oliver Stone a voulu en dire plus sur cet homme mystérieux, notamment au travers de sa relation avec Lindsay Mills. Très documenté, Snowden s’attarde sur les détails de cette histoire et de la vie de son héros. On découvre alors comment Ed Snowden est devenu analyste pour la CIA et la NSA, comment il a été poussé dans cette voie et surtout pourquoi il s’est rebellé contre son propre pays pour dénoncer l’un des plus gros scandales d’écoutes du XXIème siècle.

Patriote idéaliste et enthousiaste, le jeune Edward Snowden semble réaliser son rêve quand il rejoint les équipes de la CIA puis de la NSA. Il découvre alors au cœur des Services de Renseignements américains l’ampleur insoupçonnée de la cyber-surveillance. Violant la Constitution, soutenue par de grandes entreprises, la NSA collecte des montagnes de données et piste toutes les formes de télécommunications à un niveau planétaire.
Choqué par cette intrusion systématique dans nos vies privées, Snowden décide de rassembler des preuves et de tout divulguer. Devenu lanceur d’alerte, il sacrifiera sa liberté et sa vie privée.
En juin 2013, deux journalistes prennent le risque de le rencontrer dans une chambre d’hôtel à Hong Kong. Une course contre la montre s’engage pour analyser les preuves irréfutables présentées par Snowden avant leur publication.

Basé sur le livre de Luke Harding et Anatoly Kucherena, Oliver Stone et son co-scénariste Kieran Fitzgerald (The Homesman) nous présentent l’homme sous un jour différent. C’est comme enlever une part du mystère qui restait autour de lui après Citizenfour. Grâce à un solide scénario, Snowden parvient à nous plonger dans la vie de cet homme avec beaucoup de simplicité. Le récit glisse et Joseph Gordon-Levitt est alors méconnaissable. L’acteur reprend les tics de Snowden de façon brillante et adopte une attitude et un phrasé qui nous donne l’impression d’avoir le vrai Snowden en face de nous (et le clin d’oeil final est d’ailleurs plutôt pas mal). Cela faisait un bout de temps que l’on n’avait pas vu le réalisateur aussi bon derrière la caméra. Il donne une vraie ampleur des faits dans un film soigné. On est loin de certains de ses biopics anecdotiques et surtout décevants. Ici, il y a un vrai panache qui ressort de cette histoire. Le message d’Oliver Stone avec Snowden était clair : rappeler le message de Snowden afin de faire comprendre à tout le monde que l’on est dans un monde où la vie privée est bafouée à tous les niveaux sans que personne ne lève le petit doigt.

C’est clairement ce qui ressort de Snowden. Le film appuie d’ailleurs sur le côté pourri des grands manitous (le mentor de Snowden à The Hill par exemple est un pourri jusqu’à la moelle) afin de faire de son héros quelqu’un de normal qui s’est rendu compte que le boulot pour lequel il a signé n’est pas celui qu’il avait imaginé au départ. En quelques heures seulement, Ed Snowden est devenu un personnage de l’Histoire, celui qui a permis au monde entier de voir ce que les services secrets américains font depuis des années sans que l’on ne s’en rende compte. Oliver Stone joue alors sur la peur de la technologie (les caméras des ordinateurs notamment) afin de transformer le tout en une histoire complètement différente et beaucoup plus intéressante. Joseph Gordon-Levitt est alors le vrai pilier de Snowden. Il donne à son personnage un vrai ton particulier qui donne l’impression de ne plus voir un acteur mais le vrai Snowden face à nous. L’acteur brille et mériterait une certaine reconnaissance pour ce qui n’était certainement pas un rôle facile à incarner.

Note : 8/10. En bref, un film très documenté et soigné sur l’histoire d’un homme entré dans l’Histoire…

Commenter cet article