Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Affair. Saison 3. Episodes 1 et 2.

25 Novembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Affair

Critiques Séries : The Affair. Saison 3. Episodes 1 et 2.

The Affair // Saison 3. Episodes 1 et 2. 301 / 302.


Cela fait presque un an de la saison 2 a pris fin alors il fallait bien que l’on ait droit à la suite de The Affair. Cette saison 3 décide de s’ouvrir en se concentrant sur Noah. « 301 » est donc là pour donner les conséquences des intrigues de la fin de la saison précédente et le regard des autres à ce sujet. Après le meurtre de Scotty, pour lequel Noah a pris tout en étant innocent, il a passé trois ans en prison et l’on reprend l’histoire peu de temps après sa libération. Contrairement à la structure habituelle de la série, l’intégralité du premier épisode se concentre sur Noah et sincèrement, c’est au détriment du personnage et de la série en elle-même. De Noah, Alison, Helen et l’ex d’Alison : Cole, je crois que Noah est celui pour qui j’ai le moins de sympathie. Mais cet épisode nous permet aussi de comprendre ce que Noah a vécu en prison durant ces trois années. Tout cela reste assez classique finalement et ne change pas grand chose de ce que l’on pouvait attendre de la part d’une telle série. J’ai beaucoup aimé la façon dont Audrey (incarnée par Sarah Ramos - Parenthood -) reprend Noah en lui disant que son livre est un manuel d’entraînement pour être un connard. L’idée fonctionne assez bien sans pour autant briller non plus. La structure de la saison promet d’être très étrange dans ce que l’on a pu voir jusque là.

J’avais réellement envie de voir quelque chose de légèrement différent, peut-être car l’on méritait justement quelque chose de différent. Le dîner est donc une sorte d’allégorie pour Noah sur la façon dont il se perçoit lui-même. C’est un brin narcissique mais de toute façon c’est un écrivain et il y a toujours un peu de narcissisme là dedans. L’épisode donne tellement de place à Noah, tout en sachant qu’il s’agit d’un personnage que je ne porte pas nécessairement dans on coeur, est un peu lourd. Surtout que c’est ce qui nous met en bouche pour la saison complètement. Fort heureusement qu’il y a des personnages comme Audrey qui donnent à l’épisode un truc pour nous accrocher et ne pas nous donner l’impression que The Affair tourne en rond. Car oui, elle ne tourne pas en rond cette série. Mais elle doit trouver encore d’autres façons de se renouveler et de nous faire apprécier ce qu’elle a à offrir. Le second épisode se concentre sur Helen, son nouvel amant, sa nouvelle vie après ce qui s’est passé et avec Noah en prison à qui en rend visite. Helen n’est pas heureuse et cela se ressent. Maura Tierney continue de briller sous les traits d’Helen et c’est certainement mon personnage préféré de The Affair. Au fil des années elle a su se faire une vraie place dans la série alors qu’au départ il n’y en avait presque que pour Noah et Alison.

Les scénaristes ont compris au fil des épisodes la place qu’ils pouvaient lui donner afin qu’elle ne soit plus au second plan. De ce point de vue là, je trouve que c’est plutôt réussi. D’ailleurs, je ne m’attendais pas nécessairement à ce que l’histoire évolue dans cette direction. La série tente donc d’aller dans plusieurs directions cette année et tente de traiter les personnages de façon complètement différente. Le second épisode permet d’en apprendre plus sur Noah en prison, sur ce que ce dernier ressent après ce qui s’est passé et surtout l’enfer qu’il est en train de vivre à cause d’Helen. J’aime bien Nina, incarnée par Jennifer Esposito, la soeur de Noah. Je trouve que c’est un personnage remarquable dans le premier épisode de la saison. Et encore une fois c’est ce genre de personnage qui fait le vrai intérêt de The Affair dans ce premier épisode. Ainsi, la saison 3 pourrait bien être la saison de trop si les scénaristes ne savent pas forcément où est-ce qu’ils veulent aller. Pour le moment il y a de bonnes perspectives mais encore faut-il suivre un chemin intelligent jusqu’au bout et ce n’est clairement pas encore gagné.

Note : 5/10. En bref, un retour en demi-teinte.

Commenter cet article