Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Strain. Saison 3. Episodes 8, 9 et 10.

1 Novembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Strain

Critiques Séries : The Strain. Saison 3. Episodes 8, 9 et 10.

The Strain // Saison 3. Episodes 8, 9 et 10. White Light / Do or Die / The Fall.
SEASON FINALE


« The Fall » est le titre du dernier roman de la trilogie de romans écrits par Guillermo del Toro dont The Strain est l’adaptation. Alors que la saison 4 sera la dernière saison de la série, c’est une bonne mise en bouche. Au delà de ça, les trois derniers épisodes de la saison nous offrent tout un tas de rebondissements aussi bien efficaces que décevants. Il y a une scène d’action dans l’épisode 9 qui s’avère être sacrément jouissive. Elle incarne à merveille tout ce que j’aime dans cette série (ou en tout cas tout ce que je peux aimer dans cette série). The Strain ne s’impose pas nécessairement mais la série propose malgré tout quelque chose de suffisamment sympathique. La combinaison entre le développement des personnages et l’action permet encore de nous garder éveiller jusqu’au bout. Surtout que globalement, cette saison 3 fonctionne bien sur sa fin. Il y a des scènes comme celle dans « Do or Die » qui surprennent et permettent réellement de voir les choses autrement. Ou encore la formule qui évolue car après trois saisons, je crois que The Strain a enfin trouvé un bon équilibre des choses dans ce qu’elle nous raconte. Cela fait maintenant plusieurs épisodes que The Strain est réellement en train de passer du temps afin de nous délivrer des choses sur le passé des personnages tout en donnant aussi à la mythologie un vrai coup de fouet.

Dans « White Light », The Strain se concentre sur Gus. Ce dernier a toujours été plus ou moins l’un des personnages les plus abandonnés par les scénaristes alors que Gus est quelqu’un d’intéressant et cet épisode vient démontrer pourquoi ils n’auraient pas dû autant le négliger. Gus a toujours été (ou presque) laissé de son côté, dans ses propres intrigues, pas toujours bonnes d’ailleurs. Miguel Gomez délivre en tout cas cette semaine sa plus belle performance dans la série depuis l’apparition de son personnage. Il parvient à nous faire ressentir la vulnérabilité de son personnage avec une vraie tendresse. Cela change de ce à quoi The Strain nous avait habitué auparavant. La série se veut plus subtile dans sa façon de gérer les émotions et c’est dans ce genre de moments que j’aime bien une telle série. A côté de ça, nous avons Thomas Eichhorst. Ce dernier me fait rire car au fond ce n’est pas le meilleur personnage et c’est l’un des plus clichés mais c’est aussi son côté allemand nazi qui le rend si fascinant. C’est un personnage un brin cliché mais l’acteur est tellement fort pour donner du caractère au personnage que The Strain gagne toujours des points. On peut le voir lors de la scène de la bataille dans « Do or Die » par exemple. C’est dans ce genre de situations que The Strain prouve aussi la valeur de chacun de ses personnages et/ou la valeur qu’elle veut leur donner.

Je me demande vraiment si Carlton Cuse n’a pas été prendre quelques cours avec Guillermo del Toro cette année afin de comprendre l’approche que l’écrivain de l’oeuvre d’origine voulait raconter. La saison 2 a été tellement bâclée qu’il était impossible de voir une saison 3 aussi mauvaise. Carlton Cuse a bien compris comment The Strain devait se relancer et c’est ce qui s’est passé, petit à petit. Au début de la saison en donnant de la place aux intrigues passées et à la mythologie de temps en temps et puis petit à petit en intégrant le tout intelligemment dans le reste du récit. Si Angel et Justine n’étaient pas des personnages centraux dans The Strain, leur mort héroïque apporte de son côté du point à « Do or Die » et permet de prouver aussi que tout peut encore arriver dans la saison prochaine. N’importe qui peut mourir, n’importe qui peut gagner à la fin, tout est plausible. En permettant de donner une conclusion à l’invasion de strigoi à Central Park, cette fin de saison donne une vision des choses différentes. The Strain a largement pris en compte ce que les téléspectateurs venaient chercher quand ils regardent la série. Les personnages sont tous au rendez-vous, même Palmer alors que ce dernier devient de plus en plus intéressant au fil des épisodes. Je suis curieux de voir comment tout cela va bien pouvoir évoluer par la suite mais je fais confiance à Carlton Cuse.

Compte tenu de la direction qu’il a donné à la saison et à la série, je suppose qu’il ne peut pas rater le dénouement. « The Fall », dernier roman de la trilogie The Strain est probablement le meilleur de tous et sera je l’espère bourré de séquences d’action épiques comme celle que l’on nous a offert dans ces trois épisodes. Les personnages meurent mais c’est aussi la vie d’une série et cette année elle a décidé de faire le ménage afin de mieux se concentrer sur certains par la suite.

Note : 7/10. En bref, fin de saison réussie.

Commenter cet article