Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Transparent. Saison 3. BILAN.

17 Novembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Transparent

Critiques Séries : Transparent. Saison 3. BILAN.

Transparent // Saison 3. 10 épisodes.
BILAN


Transparent est une série bouleversante. Je n’avais pas encore eu le temps de me pencher sur la saison 3 mais je voulais trouver le bon moment pour le faire. La série commence d’ailleurs très fort avec le premier épisode qui nous plonge dans un flot d’émotions alors que l’on retrouve Maura et Raquel en quête de bonheur. A la fin de la saison précédente, Maura trouvait l’amour dans les bras de Vicky, les enfants Pfefferman étaient plus liées que jamais et Raquel se retrouvait seule. Cette saison 3 est là pour remettre l’histoire dans le bon ordre et les personnages dans une toute nouvelle dynamique. Au fil des épisodes, on voit les personnages grandir à nouveau. C’est l’avantage d’une série mine de rien, cette possibilité de pouvoir passer du temps avec les personnages que l’on retrouve encore et encore. Cet épisode nous permet de nous mettre le plus simplement possible dans les chaussures de Maura. La série repose alors intelligemment sur l’empathie créée par Jeffrey Tambor et plus encore. La série continue de montrer ses qualités de façon intelligente. La saison poursuit son aventure et creuse alors de nouveaux problèmes de la vie de tous les jours, pas seulement par rapport à Maura et sa transition mais aussi par rapport à des membres d’une famille qui vivent quelque chose d’important, un tournant dans leur vie.

La relation que Maura entretient cette année me plaît car cela change énormément de ce que l’on a pu voir durant les deux premières saisons. La transition de Maura et son opération est un débat intéressant qui permet aussi de poser plusieurs questions : le changement de sexe ne peut pas s’opérer trop tard dans la vie, un couple peut-il vivre pleinement si le sexe ne change pas, etc. C’est tout un tas de choses de ce genre là que la série tente de mettre en scène à sa façon. Shelly de son côté a elle aussi de quoi nous faire passer de bons moments. si Buzzy n’est pas mon personnage préféré dans l’univers de Transparent, la série a réussi à faire quelque chose d’intéressant malgré tout. Notamment car la relation entre les deux personnages reste complexe. Judith Light est ici étonnante et rayonnante. Elle parvient à apporter de la lumière sur son personnage et à éclipser quand il le faut Jeffrey Tambor. Ce dernier a beau monopoliser l’écran dès qu’il est présent, les autres ont eux aussi chacun leurs points forts. Shelly est donc cette femme forte, qui tente de mettre de l’ordre dans sa vie. C’est peut-être pour cela que la fin de saison fonctionne aussi bien pour elle. Si Maura et Shelly ont chacune des histoires assez fortes pour porter la saison, d’autres personnages viennent ajouter une petite dose de dramaturgie supplémentaire.

Je pense à Sarah qui doit habiter avec son ex et ses enfants. Parler de religion dans Transparent est quelque chose de compliqué mais tout est toujours fait avec les bonnes intentions. Elle n’est pas parfaite et surtout elle n’entre pas dans le moule dans lequel elle veut entrer. La religion est compliqué et c’est ce parcours que Transparent tente de décrypter pour elle face à nous. Si la relation entre Sarah et Len n’est pas au beau fixe, elle a au moins le mérite de rester assez agréable pour la narration. Transparent a besoin de relations conflictuelles comme celle-ci, d’autant plus que pour le coup on n’est pas dans les problèmes relationnels de Maura par exemple. Ici on part dans un tout autre contexte. Nous avons Josh qui de son côté se retrouve dans une position compliqué. C’est à ce moment que Transparent tente d’aborder la mort à sa façon. C’est presque mélodieux et poétique. Pourtant, il n’y a rien d’exceptionnel mais le côté chronique de vie de Transparent laisse transparaître la vraie poésie de la série. Et c’est là que tout se joue réellement. Enfin, nous avons Ali. L’excentricité de ce personnage fait qu’elle n’entre elle aussi dans aucun moule. Elle ne ressemble à aucun autre personnage de Transparent. C’est cette originalité qui la rend aussi attachante.

Si sa relation avec Leslie n’est pas spécialement ce que je préfère dans Transparent, elle n’en reste pas moins remplie de tendresse. Certaines thématiques sont donc mieux traitées que d’autres mais l’ensemble fonctionne grâce à une vraie synergie entre les personnages qui se retrouvent en croisière dans le dernier épisode pour encore une fois de grands moments. On sait déjà que l’on va retrouver Transparent pour une saison 4 mais je me demande encore une fois (comme l’an dernier) ce qu’elle pourrait bien raconter de nouveau, de plus. Il y a déjà eu tellement de choses faites durant ces trois années. Même avec l’épisode 3.08 par exemple qui installe une série de flashbacks nous permettant de voir l’univers de Transparent légèrement autrement. Si la saison a passé son temps à séparer tout le monde dans des intrigues séparées, le dernier épisode permet de rappeler pourquoi cette famille fonctionne bien mieux quand tout le monde est l’un avec l’autre. C’est d’ailleurs durant ces réunions de famille que Transparent brille le plus. C’est dans ce genre de moments qu’elle parvient à parler de l’acceptation, de la tolérance d’une famille vis-à-vis de Maura, mais aussi de prouver qu’ils sont tous très attachés les uns aux autres.

Transparent a donc une capacité à surprendre d’épisodes en épisodes, grâce à un casting surdoué et des intrigues suffisamment touchantes. Mort est « mort » (et l’épisode 8 insiste bien là dessus sur la transition qui se joue cette année) et Maura est maintenant elle-même. C’est beau et puis c’est tout.

Note : 9/10. En bref, Transparent continue de parler avec soin de sujets de société forts avec brio.

Commenter cet article