Channel Zero : Candle Cove (Saison 1, 6 épisodes) : cauchemars en légendes

Channel Zero : Candle Cove (Saison 1, 6 épisodes) : cauchemars en légendes


Channel Zero est comme je le disais quand je parlais du premier épisode, une série d’anthologie de SyFy qui met en scène pour le petit écran des fameux Creepypastas, de petites histoires d’horreur qui mélange fiction et légendes urbaines en tout genre. Pour la première saison, Channel Zero décide d’adapter Candle Cove de Kris Straub portée par Nick Antosca pour la télévision. En seulement six épisodes (ce qui est peu mais aussi une bonne chose), la série parvient à nous plonger dans son monde et ses mystères, tout en créant quelques séquences horrifiques bien entendu. L’histoire de Candle Cove part d’un point de départ assez simpliste mais finalement cela change un peu des séries d’horreur auxquelles nous avons le droit ces dernières années. On est loin de la mauvaise parodie et Channel Zero parvient à associer le tout à quelques éléments fantastiques plutôt sympathiques. Bien entendu, toute la saison ne peut reposer sur des disparitions d’enfants. Il y a des gens qui meurent bizarrement, des choses étranges qui se passent à certains moments et puis des histoires de famille bien plus compliquées qu’elles n’en ont l’air au premier abord. Au début, je pensais que Channel Zero ne chercherait jamais vraiment à faire quelque chose de neuf.

Mais étrangement, la série comporte de belles choses plus originales qu’elles ne le sous entendaient au départ. Cela permet donc à Channel Zero de sortir de certains stéréotypes que l’on a l’impression d’avoir déjà vu des dizaines de fois auparavant. En mélangeant les genres, Channel Zero aurait là aussi pu se créer des problèmes mais étranglement, la psychologie fonctionne comme un moteur horrifique intéressant, le tout étant associé à une mise en scène particulière qui aide Channel Zero à sortir aussi des carcans de SyFy et des autres fictions du même genre. Le show de marionnettes qu’est Candle Cove n’a rien du clown de Ça mais sincèrement je trouve que ces marionnettes savent inspirer la peur que rarement les fictions horrifiques parviennent à le faire. Je pense que le tout vient probablement du fait que Candle Cove est une série différente des autres qui pose les bonnes questions au bon moment et propose de nous révéler d’autres choses quand il faut. Le cliffangher de fin de l’épisode 2 est par exemple un bon moyen de nous donner envie de poursuivre tout en nous permettant de comprendre que le cauchemar ne fait que commencer.

Le mystère de Candle Cove est réellement le vrai intérêt de Channel Zero out ravers de ses six épisodes. Je me demande cependant comment Candle Cove peut être une émission qui existe tant le tout inspire vraiment la peur. Encore plus quand on regarde ce que Channel Zero tente d’en faire à sa façon. Au fil des six épisodes, la série tombe forcément dans quelques pièges et quelques clichés qui viennent gâcher la fête mais globalement c’est une série qui tient debout et qui se laisse regarder sans jamais avoir envie de lâcher l’aventure. Le fait qu’elle donne beaucoup de place à la psychologie permet de réellement s’impliquer là dedans et ne ressentir un peu plus ce que la série veut réellement nous faire passer comme message. Si Candle Cove est donc une bonne et agréable surprise, c’est avant tout pour cette ambiance très particulière que la série parvient à nous accrocher. Certains éléments ne sont pas suffisamment bien développés pour nous donner l’ampleur de la chose mais le tout est toujours rattrapé par une bonne idée de temps en temps. Si derrière cette première saison se cache aussi les peurs des parents face à leurs enfants et la façon dont ils grandissent est une bonne nouvelle, l’ensemble a pris son temps.

Note : 6/10. En bref, une série d’anthologie qui associe psychologie, thriller et horreur de façon suffisamment originale pour nous tenir en haleine jusqu’au bout.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article