Critique Ciné : Sausage Party (2016)

Critique Ciné : Sausage Party (2016)

Sausage Party // De Conrad Vernon et Greg Tiernan. Avec la voix VO de Seth Rogen et Kristen Wiig. Avec la voix VF de Cyril Hanouna.


Dans ce faux Pixar bien maquillé, Sony tente de nous raconter l’histoire d’une saucisse qui veut connaître les débuts de son existence. L’idée, louable, aurait rapidement pu tourner au cauchemar et finalement le film est assez étonnant. Visuellement il n’est pas éblouissant, mais c’est on propos qui reste séduisant et parvient à séduire jusqu’au bout. Parsemé de belles frasques, de bonnes répliques, le film est soigné de bout en bout. Le film, plein de mauvais goût, s’est donné pour but de faire face à Pixar et sincèrement, je pense que les parents ont enfin la réponse qu’ils attendaient à Ratatouille. Greg Tiernan et Conrad Vernon sont déjà connus pour avoir bossé sur Shrek, qui était déjà une réponse à Disney et à ses contes de fées. L’intelligence ici est de sortir des sentiers battus en faisant un film d’naimation destiné aux plus adultes (même si les plus jeunes trouveront eux aussi de quoi rire et de nous s’amuser). Le film reprend alors les préceptes donnés depuis des années par Apatow dans le monde de la comédie américaine afin de délivrer une comédie acide mais jamais de la mauvaise façon. Le film séduit par son envie de créer une histoire sortant du commun et ça fonctionne.

Une petite saucisse s'embarque dans une dangereuse quête pour découvrir les origines de son existence...

Surtout que derrière la métaphore du produit industriel se cache aussi une sorte de réflexion sur notre propre nourriture industrialisée que l’on retrouve dans tous les bons supermarchés. De ce point de vue là, cela change réellement de ce que l’on a pour habitude de voir mine de rien. La métaphysique prend alors rapidement place et surtout parvient à raconter une histoire différente de ce que l’on a pour habitude de voir dans le monde du film d’animation. Visuellement, Sausage Party ne nous en met pas vraiment plein la vue. Sony n’a pas la qualité des équipes de Pixar même si je dois reconnaître au film sa capacité malgré tout à nous offrir un délire qui tient debout de ce point de vue là. Notre petite saucisse devient rapidement attachante et l’on en deviendrait presque vegan (presque… car j’aime trop la viande pour l’abandonner, les saucisses incluses). Sausage Party s’abandonne alors rapidement aux vannes ciselées, qui traduites n’auront peut-être pas le même impact qu’en version originale mais elles ont au moins le mérite d’être de belles tentatives. Seth Rogen, scénariste du film (accompagné de Kyle Hunter - C’est la fin, créateur de Preacher -, Ariel Shaffir - C’est la fin, L’interview qui tue - et Evan Goldberg - The Night Before Secret Party -) s’est entouré des meilleurs (et notamment de son pote Jonah Hill pour l’idée).

Alors, Sausage Party parvient à devenir une brillante référence à ce que l’on connaît du cinéma de Judd Apatow avec un brin de folie animée en plus. C’est une solide histoire contée avec les us et coutumes Pixar révisées par des maîtres de la comédie américaine.

Note : 8/10. En bref, délicieux.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article