Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Rectify. Saison 4. Episodes 7 et 8.

15 Décembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Rectify

Critiques Séries : Rectify. Saison 4. Episodes 7 et 8.

Rectify // Saison 4. Episodes 7 et 8. Happy Unberdening / All I’m Saying’.
SERIES FINALE


Il était forcément difficile de faire mieux que « Physics » mais les deux derniers épisodes de Rectify ne déméritent pas pour autant. Ils ont eux aussi des qualités et permettent de conclure la série comme on pouvait s’y attendre. La série boucle alors la boucle à sa façon, tout en permettant aux personnages de faire des tas de choses sympathiques, sortant de la torpeur des saisons précédentes. Cette fin de Rectify permet aussi de boucler certaines histoires comme l’histoire du meurtre et de comprendre d’autres choses. Le côté un peu métaphysique de la dernière scène de la série laisse un peu perplexe le téléspectateur que je suis. Je ne pensais pas que la série puisse s’achever de cette façon après avoir vécu tant de malheurs avec ses personnages. Mais pourquoi pas après tout. Quoi qu’il en soit, la série permet de revenir sur Daniel avant tout et la façon dont ce dernier a réussi à s’en sortir dans sa nouvelle vie, loin de ceux qui ont finalement été une partie de la cause de son malheur pendant tant d’années. Loin de lui tout le monde, mais Pickens, Bobby, Tawney, Chloe, Ted et Teddy, ont aussi des choses à raconter. La série aime massacrer un peu l’esprit de ses personnages et je dois avouer que ce n’est pas si mal que ça. La série parvient dans l’avant dernier épisode à placer ses pions et notamment trois personnages dans des positions qui leur permettent de vider leur sac et ce qu’ils ont sur le coeur.

L’histoire du viol de Daniel est complexe mais Rectify a toujours parlé de viol à sa façon, avec beaucoup de simplicité et surtout d’émotions. Elle n’a jamais voulu cacher l’horreur que cela doit être pour Daniel et la façon dont ce dernier et son PTSD peuvent évoluent. Aden Young continue de crever l’écran et d’offrir à Daniel Holden de vrais moments de vie. Tant dans l’émotion que dans la joie dans le dernier épisode qui lui permet de laisser ses démons derrière lui afin d’aller de l’avant au mieux. Il y a pas mal de choses qui sont racontées dans ces deux derniers épisodes et pourtant rien ne semble être trop rapide. La série prend toujours autant son temps, preuve qu’elle a eu le temps de préparer cette fin comme il se doit sans devoir conclure les choses en passant plusieurs vitesses supérieures. « Happy Unberdening » est donc un symbole parfait de ce besoin de laisser partir ce qui nous pèse. C’est d’ailleurs un épisode bien plus réussi que le dernier épisode de la série. Les personanges s’interrogent et proposent vraiment quelque chose, ce qui change un peu de ce que j’avais imaginé au départ. A de nombreuses occasions, Rectify est capable de nous surprendre et de nous embarquer dans de novuelles directions. C’est en tout cas ce que vient démontrer cette fin.

On pourrait presque imaginer une saison 5 car la porte n’est pas totalement fermée. La conclusion est palpable et bien présente mais quelque chose me dit que même si tout est fini et que l’on a les réponses que l’on attend depuis le débuts tant sur les mystères que sur les relations entre les personnages, on peut en attendre encore plus. Si le dernier épisode, « All I’m Sayin’ » a ses défauts, il n’en reste pas moins un solide final malgré tout. Les scènes flashbacks en prison n’apportent pas grand chose à mon sens, alors que cela aurait justement pu être occulté ici. Certes, cela fait plaisir de retrouver des personnages que l’on a vu pendant 4 saisons mais cette année était celle où les personnages allaient de l’avant, pas en arrière et c’est malheureusement l’impression que tout cela m’a un peu donné dans cet épisode. Du coup, cette fin est imparfaite mais la scène finale, bien que métaphysique, conclue parfaitement la série. Elle permet de voir les choses un peu autrement et surtout avec une vraie lueur d’espoir (ce qui change). C’est émouvant, c’est effrayant, c’est passionnant, c’est Rectify. Je crois même qu’il y a trop d’adjectifs qui permettent de qualifier cette série et je ne les connais pas encore tous.

Note : 8.5/10 et 7.5/10. En bref, une fin réussie pour une belle série.

Commenter cet article