Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Westworld. Saison 1. Episode 10.

5 Décembre 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Westworld

Critiques Séries : Westworld. Saison 1. Episode 10.

Westworld // Saison 1. Episode 10. The Bicameral Mind.
SEASON FINALE


Il y a énormément de choses dans cet épisode mine de rien et surtout quelques bonnes révélations qui vont nous permettre de confirmer certains dire. A commencer par L’homme en Noir qui n’est autre que William. On avait déjà pu le découvrir depuis un sacré bout de temps mais nous avons désormais confirmation de cette information. La séquence entre l’Homme en Noir et Dolores au milieu de ce dernier épisode était un joli moment. La série parvient à nous faire comprendre ce qui se passe de façon assez intelligente et étonnante. La narration que la série utilise me plaît car elle change réellement de ce que l’on avait pour habitude de voir au premier abord. La révélation n’est pas si étonnante que ça car plus le temps a passé et plus j’avais cerné que les deux hommes étaient les mêmes. Leur fascination pour Dolores, le fait qu’ils ne se soient jamais croisés dans l’hiver de Westworld, etc. Cet épisode rend en tout cas ce twist assez prévisible mais la révélation est faite dans un moment assez tendre et intéressant. La mise en scène joue beaucoup et la façon dont le montage est réalisé mais ce n’est pas la seule chose qui fonctionne dans cet épisode. Jimmi Simpson a beaucoup fait pour Westworld et surtout le personnage de William/Homme en Noir.

Ed Harris de son côté a lui aussi été très bon pour incarner le vilain de l’histoire. Jonathan Nolan a réussi à créer avec Westworld une série étonnante qui n’est pas sans rappeler Lost dans sa façon de fonctionner avec ses révélations, ses mystères, etc. Je trouve dommage que l’histoire de William ne soit pas aussi fascinante qu’elle ne l’était sur le papier avant que Westworld ne nous offre sa révélation. Il se passe donc énormément de choses dans cet épisode et certaines sont particulièrement excitantes. Comme Maeve qui s’est transformée en leader de la rébellion. La façon dont elle constitue son petit groupe est intéressant mais ce que l’on découvre très rapidement c’est que derrière cette rébellion se cache aussi d’autres mystères. Maeve n’est donc apparemment qu’une marionnette dans un jeu beaucoup plus grand que l’on ne pouvait l’imaginer. Je ne m’y attendais pas nécessairement mais Westworld démontre à quel point elle est plus compliquée qu’elle ne veut bien le sous entendre au départ. Quand on apprend qu’il y a quelque chose d’encore plus compliqué qui se trame en filigrane, alors on se rend compte que certaines intrigues n’ont probablement plus le même intérêt. Car l’on a envie de comprendre la suite.

Je crois que le seul suspense qu’il y a dans cette partie de l’histoire est de savoir si Maeve va tuer Felix ou bien le laisser vivre. J’ai beaucoup aimé certaines séquences où la série cherche l’émotion. Comme l’historie de Dolores et Bernard/Arnold. Le spectacle que Westworld cherche à nous délivrer aura été suffisamment jouissif cette année pour nous laisser espérer une saison 2 encore plus brillante. Il y a encore énormément de pièces du puzzle qui ne sont pas dévoilées et de nouvelles questions qui sont engagées. Si j’avais peur à certains moments que Westworld devienne une boucle bouclée, je suis content de voir que ce n’est pas totalement le cas non plus. Finalement, Westworld a compris ce dont nous avions besoin pour cette conclusion qui, malgré quelques échecs, trouve son ton durant près d’une heure et demie et parvient, sans trop de surprises, à nous offrir le spectacle que l’on est venu chercher au départ. Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas eu une série comme Westworld et je suis content de voir la belle réussite de la série de ce point de vue là.

Note : 9/10. En bref, un solide épisode concluant une saison passionnante.

Commenter cet article