Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Il a déjà tes yeux (2017)

19 Janvier 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Il a déjà tes yeux (2017)

Il a déjà tes yeux // De Lucien Jean-Baptiste. Avec Aïssa Maïga et Lucien Jean-Baptiste.


Lucien Jean-Baptiste s’est fait un petit nom avec un joli succès il y a quelques années : Première étoile, l’histoire d’une famille noire allant à la neige. C’était drôle, original et l’on sentait l’envie de faire un film sur la tolérance. Pour le coup, c’était réussi. On retrouve plusieurs années après ce Lucien Jean-Baptiste qui cherche à faire passer un message. Si globalement le scénario a les traces d’un épisode de Joséphine Ange Gardien, grâce à son casting et quelques bonnes répliques, Il a déjà tes yeux ne s’en sort pas trop mal. C’est une comédie honorable et chaleureuse qui parvient à faire passer son message à sa façon. L’histoire de Paul et Sali n’était pas facile à conter et le film fait des erreurs, à cause de quelques facilités d’écriture et de situations qui sont parfois un peu trop rocambolesques pour qu’on ait envie de les croire. Mais d’un autre côté, le message que veut faire passer Lucien Jean-Baptiste sur la tolérance dans notre société occidentale est intéressante. C’en est presque dommage que la fin du film soit aussi artificielle car je suis sûr et certain que cela aurait pu permettre de prendre un peu plus de plaisir. Les personnages sont pour certains hilarants (la mère de Sali et toute la communauté qui rode autour d’elle) et d’autres un peu moins (Paul).

Paul est marié à Sali. Tout irait pour le mieux s’ils arrivaient à avoir un enfant. Jusqu'au jour où Sali reçoit l'appel qu'ils attendent depuis si longtemps : leur dossier d'adoption est approuvé. Il est adorable, il a 6 mois, il s'appelle Benjamin. Il est blond aux yeux bleus et il est blanc. Eux… sont noirs !

Au moins, Il a déjà tes yeux a cet avantage de changer le regard sur le sujet délicat que le film tente de raconter : l’adoption d’un enfant blanc par un couple noir. Après tout, si l’on a tendance à voir l’inverse, on ne voit pas d’adoption dans ce sens là alors que cela pourrait très bien se passer sans problème. Il a déjà tes yeux cherche justement à jouer la comédie sociale, défendant certaines valeurs, d’autant plus que l’idée est bonne dans un sens comique. Cela permet de dérouler tout un tas de répliques plutôt sympathiques sans que cela ne soit exceptionnel pour autant non plus. Lucien Jean-Baptiste a l’avantage de maîtriser son sujet. Cela se ressent dans ce qu’il cherche à mettre en place mais certaines choses ne collent pas toujours et le mélodrame lacrymal que le film tente d’incarner devient par moment aussi l’un de ses problèmes. Avec sa gentillesse débordante, le film parvient donc à séduire son public. On passe un bon moment sans que cela ne soit exceptionnel non plus. Fort heureusement pour Lucien Jean-Baptiste, plus que le film, c’est son sujet que l’on retient vraiment et le message qu’il tente de nous faire passer. Finalement, si Il a déjà tes yeux n’est pas brillant, il n’en reste pas moins une petite comédie sympathique et sans prétentions si ce n’est celle de nous attendrir. Reste aussi un joli casting, notamment Aïssa Maïga, qui sous les traits de Sali s’avère à la fois drôle et touchante en toutes circonstances.

Note : 5.5/10. En bref, une comédie honorable.

Commenter cet article

Marco 20/01/2017 20:13

perso je suis assez d'accord avec ta critique, mais je te trouve sévère pour la note, j'aurai plutot mis 6.5 voir 7/10. certes ce n'est pas un chef d'oeuvre, mais c'est la petite comédie francaise, feel good movie ça fonctionne.
Et il ne faut pas oublier que le sujet principal reste l'adoption, et en cela, le film est très juste.
Etant moi meme homo en couple, en attente en procédure d'adoption et en attente d'un enfant, le film est juste sur le rapport avec le conseil de famille, la pouponnière, l'assistante sociale.
Mais je suis d'accord, j'aurai préféré que le film soit plus sensible, ou un poil plus dans l'émotion. La fin tire trop vers l'humour à la benny hill ou tex avery, ce qui coupe l'émotion du film, c'est dommage