Critiques Séries : Homeland. Saison 6. Episode 1.

Critiques Séries : Homeland. Saison 6. Episode 1.

Homeland // Saison 6. Episode 1. Fair Game.


Avec cette saison 6, Homeland nous propose une nouvelle fois un nouveau départ. Quinn est dans un sale état, Carrie est de retour aux Etats-Unis à New-York dans le but de travailler comme avocate des musulmans américains. Si cette nouvelle perspective pour Homeland n’est peut-être pas la meilleure idée sur la papier, l’épisode parvient à atteindre une certaine fluidité narrative qui lui va comme un gant. J’ai beaucoup aimé l’histoire de Carrie et surtout de ce jeune homme qui est incarcéré pour soupçon de terrorisme, uniquement car il a dit des choses, sous le coup de la liberté d’expression, qui pourraient inspirer d’autres gens. Les petites vidéos et ce qu’elles révèlent sont intéressantes et permettent vraiment de questionner un peu plus le 11 septembre et pourquoi cette guerre contre le monde musulman se fait ressentir. Mais la nouvelle situation de Carrie est surtout liée à la nouvelle situation de Quinn. On n’a donc pas forcément beaucoup de temps pour se mettre dans le bain de l’histoire de Carrie alors que l’état médical de Quinn va de mal en pis. Quinn a baissé les bras, il ne fait aucun effort afin de s’en sortir. Il préfère se morfondre dans la drogue et Carrie doit l’aider. Si l’issue de l’épisode ressemble étrangement à l’internement de Carrie en saison 4 (si mes souvenirs sont bons), les circonstances de Quinn sont légèrement différentes tout de même.

Homeland continue de donner de l’espace à la relation entre Carrie et Quinn, ce qui dans un sens donne à cet épisode un arrière goût d’humanité qui lui va comme un gant. Je ne m’y attendais pas nécessairement mais le côté ultra défaitiste et sombre de cet épisode laisse entrevoir la saison la plus sombre de tout ce que l’on a connu dans Homeland. Les scénaristes ont compris ce qu’il fallait faire afin de ne pas nous ennuyer. Je ne suis pas sûr que j’aurais été aussi passionné par Homeland cette année si elle était restée en partie à Berlin et qu’elle continuait ses mêmes intrigues encore et encore. On sait pertinemment que Homeland ne va pas encore durer 10 ans, donc qu’elle explore de nouveaux terrains est une très bonne chose. La seule histoire de l’épisode qui ne fonctionne pas spécialement à mes yeux est celle de Dar et Saul et qui brief qu’ils vont donner à Keane, le Président élu. Si Homeland tente des tas de choses dans « Fair Game », il manque peut-être un petit ingrédient qui aurait pu prendre le tout un poil plus palpitant. Et pourtant, le côté dépressif de l’épisode est parfois son meilleur atout ce qui reste donc paradoxal. De plus, le rythme est assez soutenu et les révélations se font ressentir petit à petit avec une certaine efficacité. De plus, New York est et restera un très bon terrain de jeu pour une telle série. J’espère voir la ville encore mieux exploitée par la suite.

Note : 8/10. En bref, un solide nouveau départ.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Alain 07/01/2017 16:13

saison de merde propaganda pour le fascism islamiste