Critiques Séries : The Man in the High Castle. Saison 2. Episode 4.

Critiques Séries : The Man in the High Castle. Saison 2. Episode 4.

The Man in the High Castle // Saison 2. Episode 4. Escalation.


Après l’épisode précédent, cet épisode se devait de surprendre. Et pour le coup, c’est plutôt réussi. Alors que l’on approche le milieu de saison, The Man in the High Castle a des mystères à mettre en place et des enjeux à dérouler. Du côté Est, Helen Smith découvre que son voisin docteur super gentil est soudainement décédé et forcément, elle ne va pas mettre bien longtemps à relier cette disparition à son mari, John Smith. Ce dernier l’informe de la condition médicale de leur fils et lui assure qu’il peut garder Thomas en sécurité. Tout cela risque bien entendu d’engager Juliana. L’histoire de George Dixon, le vrai père de Trudy, est là aussi une intrigue intéressante dont The Man in the High Castle fait plutôt bon usage pour le moment. Il pourrait détenir la clé de la survie de San Francisco alors forcément on ne peut qu’avoir une hâte : celle de voir ce que tout cela cache. A la fin de l’épisode, nous avons droit à une apparition de George Dixon en la personne de Tate Donovan (Damages). Ce dernier apparaît dans tellement de séries depuis qu’il s’est fait un nom dans Newport Beach. Mais j’aime beaucoup cet acteur et je dois avouer qu’il colle parfaitement à l’image que l’on pouvait se faire de Dixon dans la série. A Berlin, les aventures de Joe commencent un peu à me rappeler celles de James Hurley dans la saison 2 de Twin Peaks.

Berlin n’est pas la meilleure partie de The Man in the High Castle mais elle reste importante et je trouve qu’étrangement, les scénaristes font un assez bon usage de la chose. Alors que la série est en roue libre, je trouve qu’elle garde une vraie conscience des besoins narratifs qu’il y a à avoir une série aussi ambitieuse que celle-ci. Pour ce qui est de San Francisco, les choses sont complètement différentes là aussi. Frank Frink est de retour mais ce n’est pas forcément ce qui m’a intéressé le plus dans cet épisode. J’aime beaucoup les histoires de la Résistance et le fait que The Man in the High Castle parvient à nous donner une vision à 360 de la chose, mais je suis fasciné par cette capacité que la série a à créer le sentiment de nouveauté. Ecrit par Wesley Strick (Nightmare on Elm Street, Cape Fear), l’épisode profite de l’expérience du scénariste et des années 90 afin de coller toujours un peu mieux à cette ambiance surannée qu’il y a dans la série et qui lui va comme un gant. Finalement, « Escalation » est donc un solide épisode de The Man in the High Castle qui parvient à ouvrir de nouvelles pistes tout en proposant aux personnages de nous surprendre petit à petit. Enfin, j’ai bien aimé que l’on voit comme l’histoire des Etats-Unis est racontée dans le Reich. Cela permet de rappeler aussi les différences entre la société américaine version Reich et la vraie version que l’on connaît tous.

Note : 7/10. En bref, The Man in the High Castle continue de nous plonger au coeur de son histoire.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article