Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mozart in the Jungle (Saison 3, 10 épisodes) : sexe, drogue et musique classique

25 Janvier 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Mozart in the Jungle

Mozart in the Jungle (Saison 3, 10 épisodes) : sexe, drogue et musique classique


Les petites vacances européennes de Mozart in the Jungle au travers de ses premiers épisodes furent véritablement une bouffée d’air frais. Je ne m’y attendais pas du tout mais le résultat a été plutôt bon. De plus, la présence inattendue de Monica Bellucci au casting apporte un charme européen dont Mozart in the Jungle manquait peut-être (ou pas du tout). Avec une série comme celle-ci, ce qui est vraiment compliqué c’est de proposer des choses nouvelles. Si les deux premières saisons ont su garder le cap, cette saison 3 était cruciale afin de savoir si Mozart in the Jungle était réellement capable de rester bonne sur la longueur. Ce que l’on peut voir ici reste plutôt solide avec des épisodes bien meilleurs que d’autres. Si j’ai adoré le double épisode ouvrant la saison dans des paysages changeant un peu la dynamique de la série, certains épisodes ont un peu de mal à décoller (3.03, 3.04, 3.07 et 3.08). Disons qu’une partie de la saison n’est pas aussi bonne que l’autre et c’est bien ce qu’il y a de plus dommage ici. Le plaisir du téléspectateur reste entier malgré tout, notamment car Mozart in the Jungle a toujours des tas de choses à nous raconter mais cela aurait pu se faire différemment. On passe alors de Venise à des décors familiers que l’on a déjà vu précédemment. Pour autant, Mozart in the Jungle démontre aussi une certaine forme d’ambition.

Notamment avec l’épisode 3.07 qui sans être exceptionnel tente de nous proposer autre chose que ce que l’on a déjà vu auparavant. Et c’est plutôt pas mal (même si cet épisode fait partie de ceux que j’ai trouvé assez décevant compte tenu des attentes qu’il a envie de créer). Au fil des épisodes, le charme de Mozart in the Jungle ne part pas. La série reste agréable jusqu’à la conclusion de la saison, plutôt réussie en son genre. L’un des buts de cette saison était aussi de faire en sorte que Rodrigo et Hailey passent enfin à la vitesse supérieure. Et le dernier épisode sera leur salut. Il était temps tout de même. Mais c’est un grand moment pour Mozart in the Jungle, quelque chose que la série nous laisse espérer depuis qu’ils se sont embrassés à la fin de la première saison. Si les circonstances entourant cette relation sexuelle sont encore un peu difficile à avaler (sans mauvais jeu de mots) par moment, je pense que cela va permettre à la saison 4 de réellement prendre une direction différente. Mozart in the Jungle sait s’y prendre avec la musique et avec les différents décors qu’elle exploite mais les relations entre les personnages ont eu un peu tendance à stagner cette année. Il était temps que les choses prennent le large et puisse partir dans une direction différente. Rodrigo continue d’être le personnage le plus important de la série même si dans un sens j’aurais apprécié qu’il prenne un peu plus les choses en main.

Gael Garcia Bernal colle parfaitement à l’image de Mozart in the Jungle. Son allure et sa façon d’incarner le personnage de Rodrigo jouent beaucoup dans la réussite de la série. J’attends vraiment de voir comment cela peut évoluer l’année prochaine mais ce que l’on aperçoit cette année fonctionne suffisamment bien pour en garder un bon souvenir. J’ai passé de bons moments malgré quelques ratés ici et là que j’ai pu citer plus haut, notamment quand la série tente de nouvelles dynamiques narratives. Mais Gael Garcia Bernal et Lola Kirke forment un duo au charme implacable qui nous permet de rester devant cette série en étant hypnotisés. Ce n’était pas facile de revenir à Manhattan après avoir passé quelques temps à Venise, notamment car le décor était tellement différent et agréable que le retour à la réalité n’est pas toujours une bonne idée. Mais au delà de ça, il y a des pistes pour la suite que j’ai hâte de voir venir si jamais Mozart in the Jungle est réellement capable de s’en sortir. Malgré son succès critique et notamment aux Golden Globes, je pense que Mozart in the Jungle n’a jamais vraiment eu le buzz et le succès qu’elle méritait réellement. C’est une comédie intelligente qui n’a jamais froid aux yeux et qui sert son téléspectateur comme un fin gourmet. Je ne vais pas aller jusqu’à applaudir à la fin mais en tout cas cette série ressemble à quelque chose de suffisamment original que l’on a toujours envie de revenir.

Note : 6.5/10. En bref, la joyeuse comédie d’Amazon mériterait parfois d’être réaccordée mais globalement la saison fonctionne et le charme de chacun opère.

Commenter cet article