Critique Ciné : Chez Nous (2017)

Critique Ciné : Chez Nous (2017)

Chez Nous // De Lucas Belvaux. Avec Emilie Dequenne, André Dussollier et Guillaume Gouix.


Alors que le film fait trembler le FN, je dois avouer que j’avais bien envie de voir qu’est-ce que ce brûlot politique pouvait bien faire de mal au FN. Lucas Belvaux (Pas son genre, 38 témoins) a entre les mains ici un sujet excellent, celui de la misère dans laquelle vivent certaines villes du nord à cause de la désindustrialisation. Mais c’est aussi le berceau du FN, du bloc identitaire et tout ce qui s’en suit. Nous sommes alors à Hénart, une petite ville du nord de la France, dans laquelle Agnès (aka la Marine le Pen du film) doit trouver une candidate pour représenter son rassemblement (comme le Rassemblement Bleu Marine) et pas le parti de son  père qui fait peur à tout le monde. Chez Nous reprend tout ce que l’on entend sur Marine Le Pen et tente de l’adapter à sa sauce. Ce n’est pas facile de jongler avec les avis de chacun dans le sens où l’appréciation de Chez Nous est forcément un peu en lien avec la pensée politique de chacun. Je ne pense pas Lucas Belvaux ait pensé son film comme ça, il a simplement voulu raconter les problèmes de la France et des français, la crise et ses conséquences, l’exclusion sociale, etc.

Pauline, infirmière à domicile, entre Lens et Lille, s’occupe seule de ses deux enfants et de son père ancien métallurgiste. Dévouée et généreuse, tous ses patients l'aiment et comptent sur elle.
Profitant de sa popularité, les dirigeants d’un parti extrémiste vont lui proposer d’être leur candidate aux prochaines municipales.

Côté casting, on a connu le casting bien meilleur et plus percutant ailleurs. Notamment Catherine Jacob dans le rôle de la Marine le Pen du film. Pour vous le dire franchement, je l’ai même trouvé mauvaise, pas assez impliquée dans le rôle. André Dussollier est un peu dans la même position, se contentant de faire quelque chose de très classique de façon automatique. Le seul petit rayon de soleil du film c’est Emilie Dequenne (et accessoirement Guillaume Gouix) qui parvient à nous faire croire à l’histoire de cette femme dont le seul combat est celui de la France malheureuse. Du coup, je trouve dommage qu’au fond Chez Nous soit un film qui veut tout raconter (et trop en raconter) ce qui laisse alors de côté le sujet principal du film : pourquoi rejoindre (ou non) ce parti que Pauline, l’héroïne, déteste tant ? Finalement, alors que je m’attendais à un vrai brûlot sur le FN à la sauce Lucas Belvaux, le film édulcore pas mal de trucs, reste très vague et nous montre alors tout ce qui se passe à la fois dans la déradicalisation du parti mais également dans les racines du parti qui reviennent toujours à la surface. Car ce parti qui tente tant bien que mal de camoufler son passé ne fait qu’y revenir afin de tenter de sauver un maximum les apparences. L’équilibre du film n’est donc pas toujours bien trouvé mais l’idée n’était pas mauvaise. C’est juste son exécution qui est inégale.

Note : 4/10. En bref, un film politique qui ne dérange pas. Dialogues lisses, casting pas toujours au sommet, scénario qui ratisse trop large, etc. tant de problèmes qui n’aident pas à apprécier le tout.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article