Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Blindspot. Saison 2. Episodes 14 et 15.

5 Mars 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blindspot

Critiques Séries : Blindspot. Saison 2. Episodes 14 et 15.

Blindspot // Saison 2. Episodes 14 et 15. Borrow or Rob / Draw O Casar, Erase a Coward.


Avec « Borrow or Rob », la série décide de faire revenir Rich Dotcom, ce personnage excentrique incarné par Ennis Esmer. C’est la troisième fois qu’il apparaît dans Blindspot et à chaque fois c’est un bonheur de le voir à l’écran. Sa présence donne un vrai coup de fouet à la série (et vraiment, elle en a bien besoin). Cet épisode était donc plus concentré sur Rich et son histoire que tout ce qui se passe au FBI. C’est déjà un bon point car le FBI est devenu ces derniers temps un lieu terriblement ennuyeux dans lequel il ne se passe pas grand chose. Tout commence avec un flashback, qui nous prépare déjà à la suite. On nous met dans l’ambiance de façon intelligente et efficace. Je me demande comment les scénaristes de Blindspot peuvent faire des épisodes aussi médiocres et des épisodes aussi bons comme « Borrow or Rob ». Rich a ses bons moments durant tout l’épisode, permettant de créer un vrai divertissement. Son obsession avec Kurt Weller permet d’ajouter un brin de comédie dans une série qui se prend trop au sérieux. Contrairement à The Blacklist à laquelle Blindspot est souvent comparée, cette dernière manque de ces touches d’humour qui rend The Blacklist séduisante pour d’autres raisons que sa formule assez archaïque (mais qui fonctionne). La formule employée par Blindspot fonctionne de temps en temps mais elle n’est pas folichonne.

Du coup, des épisodes comme celui-ci apparaissent vraiment comme intéressants. La scène où Weller est forcé de lancer avec Rich fait partie de ce genre de moments que j’ai envie de voir plus souvent dans Blindspot. Surtout que cela décoince un peu Weller et ce n’était pas gagné d’avance. Je ne suis pas un grand fan de Weller pour la simple et bonne raison que le personnage m’ennuie terriblement. L’idée d’une société secrète fonctionne là aussi très bien même si cela reste un peu trop étrange dans l’univers de Blindspot. Grâce à une ambiance bien mieux fichue et des personnages au rendez-vous, « Borrow or Rob » s’est trouvé une vraie place dans le panthéon de mes épisodes préférés de Blindspot. Avec « Draw O Caesar, Erase a Coward », la série reste sur sa bonne lancée. Ce qui est étrange car finalement Blindspot renoue ici plus ou moins avec la mécanique qu’elle emploie constamment. Ce qui est dommage c’est qu’au delà du fait que cet épisode est intéressant, certains problèmes inhérents à la saison restent dans les parages. Il se passe pourtant pas mal de bonnes choses dedans. Notamment pour Roman (et c’est rassurant que les choses évoluent enfin plutôt que de stagner). Mais j’aurais adoré que le délire aille plus loin.

Sauf que ce n’est pas vraiment le cas. Roman est un peu dans cette saison 2 ce que Jane était dans la première saison. Cette quête d’identité et de réponse animait vraiment la série lors de sa première saison. Et Roman a un peu récupéré le flambeau. D’ailleurs, Luke Mitchell est l’une des meilleures choses qui pouvait arriver à Blindspot ces derniers temps. Bousculer un peu la dynamique déjà bien installée de la série au travers des relations entre les personnages est aussi un aspect intéressant de cet épisode. Rien que de voir Zapata rire avec Jane est un grand moment. On avait besoin de voir la série bousculer un peu la donne. Surtout que la série faisait souvent la même organisation des personnages : Reade et Zapata dans une intrigue secondaire pas vraiment exceptionnelle. Patterson et son labo, etc. Mais cet épisode a décidé de bousculer cette dynamique, ouvrant Blindspot à de nouvelles perspectives qu’elle pourrait explorer un peu plus par la suite. En tout cas, je l’espère.

Note : 8/10 et 7/10. En bref, deux solides épisodes de Blindspot.

Commenter cet article

Angeline 05/03/2017 19:56

très beau blog sur les films et télé. un plaisir de me promener ici