Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Librarians (Saison 3, 10 épisodes) : la librairie de dépoussière légèrement

4 Mars 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Librarians

The Librarians (Saison 3, 10 épisodes) : la librairie de dépoussière légèrement


The Librarians n’a jamais été une série exceptionnelle, comme les téléfilms desquels cette série est née. Et pourtant, malgré le manque de moyens, le scénario facile et les personnages un brin clichés de toutes les fictions d’aventures, The Librarians apporte toujours quelque chose de fun et différent à la télévision américaine. Et c’est pour cela que je suis encore là et je pense que c’est aussi pour cela que les téléspectateurs américains continuent de suivre les aventures de Flynn Carson. Cette saison se construit comme les précédentes, avec quelques petites intrigues pour les personnages et des cas de la semaine. Tous ne sont pas spécialement prenant mais je dois avouer que ce qui m’a le plus surpris c’est la fin de la saison. Je ne m’attendais pas nécessairement à ce que cela s’achève de cette façon. Le vilain de la saison, Apep, est un personnage assez cliché mais la série ne s’en sort pas trop mal dans sa façon de l’exploiter, trouvant toujours des parades non pas pour surprendre le téléspectateur mais pour lui faire passer un bon moment. Ce qui se passe dans cette saison ressemble vraiment au schéma suivi durant la première saison. La seconde n’était pas suffisamment bien coordonnée et avec ses défauts, elle m’avait déçu. On sent que la série est cette année en train de partir sur de nouvelles bases et ça fait plaisir.

Pourtant, la formule reste plus ou moins la même. Fort heureusement que Noah Wyle est dans les parages. Son personnage est clairement l’un des intérêts les plus forts de The Librarians. C’est lui qui incarnait Flynn, qui incarnait l’univers de The Librarian au départ, donc c’est toujours lui le héros de la série. Et ce même si sa présence n’est pas aussi importante que les autres. Il y a quelques intrigues sympathiques qui viennent nous rappeler pourquoi The Librarians est aussi fun. Cela me rappelle les séries de USA Network et cie des années 90, ces séries où l’on se pose juste parce que l’histoire nous permet de passer un bon moment. C’est un divertissement, qui ne mange pas de pain et qui n’a pas vraiment de prétention. Au contraire, la série ne cherche pas à être grandiose, juste à plaire à son public dans l’espoir qu’il revienne la semaine suivante. La saison 2 a fait des erreurs mais cette saison 3 parvient à nous replonger dans cette certaine forme de nostalgie des vieilles séries que j’avais adoré dans la première saison. Si la série fait la promesse de nous amuser, elle réussi encore une fois son pari. Rien de bien exceptionnel, juste une série qui permet de se vider la tête. Cela me fait un peu penser à ce que Scorpion tente de faire par moment, être dans l’extravagance et la folie divertissante pour ne jamais se prendre la tête avec le scénario.

Je n’ai pas besoin de voir que des séries au scénario relativement soigné. Des petites séries comme The Librarians peuvent aussi servir de moyens de respirer entre deux séries complexes. On débranche son cerveau, on ne pense à rien, on rigole et on peut même vibrer avec les personnages. La saison 3 de The Librarians a réussi à me faire décrocher quelques sourires, une fois de plus grâce à la bonne synergie qu’il y a entre les personnages. Avec près de trente épisodes au compteur, je me demande ce qu’ils vont bien pouvoir raconter dans une saison 4 (que TNT a déjà commandé). Il y a des tas de trucs à faire encore mais après avoir vu une histoire de Dieu égyptien (Apep, introduit dans le premier épisode et fil rouge de la saison), la série a tenté d’enchainer tout un tas de trucs mythologiques (grecque notamment dans le 3.04) avec plus ou moins d’efficacités. Certains épisodes comme « And the Tears of a Clown » (3.05) m’ont énormément plu car ils sortaient vraiment du commun, ou en tout cas de ce que l’on avait pour habitude de voir. Alors que le triangle des Bermudes dans l’épisode écrit par Noah Wyle (3.06) n’a pas autant fait son petit effet. La série a voulu cette année construire quelque chose qui tient le fil du début à la fin et je pense que l’on peut dire que cela a suffit. J’espère désormais que The Librarians va rester dans cette ligne de conduite, celle de la petite série sans prétention qui est juste là pour divertir son public.

Note : 6.5/10. En bref, une saison efficace et divertissante, tout ce qu’il fallait attendre de The Librarians.

Commenter cet article