Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Corporate (2017)

6 Avril 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Corporate (2017)

Corporate // De Nicolas Silhol. Avec Céline Sallette, Lambert Wilson et Stéphane de Groodt.


Corporate s’inspire de technique RH utilisées ailleurs dans de vraies entreprises. Si ces méthodes sont terribles, elles font surtout des morts. Corporate raconte donc comme des entreprises mettent des gens au placard ou tentent de les muter dans le but qu’ils démissionnent et donc d’éviter les indemnités (et le licenciement abusif). Nicolas Silhol (L’amour propre) pourrait alors passer pour le nouveau Laurent Cantet même si Corporate n’est pas à la hauteur de son Ressources Humaines. En tout cas, pour un premier long métrage, celui-ci fonctionne en tant que polar social, plutôt soigné dans l’écriture et suffisamment captivant pour nous donner envie d’aller jusqu’au bout. Le film ne cherche pas à tomber dans la parade de la confusion entre l’éthique et la morale, ce qui lui permet de rester terre à terre tout en racontant une histoire fictive qui a très bien pu se dérouler dans de vraies entreprises. Si en termes de mise en scène, Nicolas Silhol ne brille pas forcément, il tente de satisfaire le spectateur grâce à un oeil académique et surtout clinique qui permet de refroidir l’ambiance déjà froide de l’histoire. Le cinéma parle de plus en plus du mal être de l’emploi, mais pas nécessairement que du côté de l’angle du chômeur qui ne trouve pas de travail, aussi de cette sensation que tout le monde est dispensable.

Emilie Tesson-Hansen est une jeune et brillante responsable des Ressources Humaines, une « killeuse ». Suite à un drame dans son entreprise, une enquête est ouverte. Elle se retrouve en première ligne. Elle doit faire face à la pression de l’inspectrice du travail, mais aussi à sa hiérarchie qui menace de se retourner contre elle. Emilie est bien décidée à sauver sa peau. Jusqu’où restera-t-elle corporate ?

C’est Céline Sallette (Saint Amour, Les revenants) qui se retrouve alors à la tête de ce petit film sans prétention si ce n’est celle de faire bouger les choses et surtout les consciences. Cette jeune femme ne s’en sort pas trop mal et parvient facilement à nous faire croire à ce qu’elle vit. Notamment la dépression dans laquelle elle plonge au fur et à mesure que le film évolue. Dans ce rôle pourtant loin d’être sympathique, la femme parvient à le rendre attachant. Ce qui n’était pas gagné car au fond c’est l’une des méchantes de l’histoire. Lambert Wilson de son côté brille par sa façon d’interpréter un patron au sang froid, hypocrite et Violaine Fumeau qui parvient à transformer le métier d’inspecteur du travail comme un beau métier (alors que personnellement, je ne suis pas de leur côté). Finalement, Corporate tente de raconter quelque chose d’intéressant, bien loin du médiocre Carole Matthieu (avec Isabelle Adjani) qui n’était pas forcément aussi réussi que celui-ci. Corporate montre à coeur ouvert le monde impitoyable des grandes entreprises qui, pour dégraisser des effectifs, tentent le tout pour le tout sans se soucier des conséquences psychologiques que cela peut avoir sur ceux qui subissent les conséquences.

Note : 6.5/10. En bref, un film plutôt réussi sur l’impitoyable monde des RH.

Commenter cet article