Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Salt and Fire (2016)

19 Mai 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Salt and Fire (2016)

Salt and Fire // De Werner Herzog. Avec Gael Garcia Bernal, Michael Shannon et Veronica Ferres.


Basé sur une nouvelle, Salt and Fire est adapté par Werner Herzog (Dans l’oeil d’un tueur, Into the Abyss), un réalisateur d’art et d’essai. On lui doit notamment le sympathique Rescue Dawn, mais je n’ai malheureusement jamais été le plus grand fan de son cinéma. Salt and Fire est un film qui est malheureusement bien loin d’être réussi. Je dirais même qu’il fait partie des plus mauvais film de ce que j’ai pu voir de Werner Herzog. Il faut dire que le film est assez bavard. Les dialogues sont longs et chiants, pompeux à souhait. Salt and Fire tente de développer son histoire mais ne parvient pas à réellement faire exploser le tout. Dans sa tentative de créer un suspense le film s’égare dans de longues tirades qui manquent cruellement de profondeur. Pourtant, même si je ne suis pas le plus grand fan du cinéma de Werner Herzog, j’imaginais que Salt and Fire pouvait être une belle réussite. Sur le papier, le film avait tout pour nous séduire, créer une vraie aventure alors que là, rien ne fonctionne vraiment comme on pouvait l’attendre. J’étais même confiant au début du film puisque cela reste accrocheur. Mais tout d’un coup, le soufflé retombe et le film plonge dans tout un tas de dialogues maladroits et d’une mise en scène pas toujours juste.

Une scientifique accuse le responsable d'une grande entreprise d’avoir provoqué un désastre écologique dans le désert de Bolivie.

Pourtant, Salt and Fire avait mis toutes ses chances de son côté. A commencer par son casting. Michael Shannon (Take Shelter), que j’adore encore et encore, ne parvient pas à faire de son personnage quelqu’un de vraiment passionnant la faute aux dialogues pas très futés du film qui ne cherchent pas à creuser quoi que ce soit et restent ainsi en surface. Puis il y a Gael Garcia Bernal (Mozart in the Jungle) pour qui j’ai également beaucoup d’affection mais dont le personnage est trop lisse pour réellement surprendre. Sans compter sur Veronica Ferres, que je ne connaissais pas plus que ça et qui tente tant bien que mal de donner corps à un personnage légèrement vide. La direction d’acteurs est tellement étrange que je ne comprends pas comment un tel film à pu être mené jusqu’au bout. L’interprétation devient alors légèrement grossière et le suspense se perd. Plus le film avance et moins ce dernier ne semble avoir à raconter alors qu’il y avait largement de quoi faire avec un tel sujet. La Bolivie n’est pas non plus un pays que l’on a pour habitude de voir souvent au cinéma mais même de ce point de vue là, Salt and Fire est un échec. Visuellement il n’y a rien de bien exceptionnel et Werner Herzog semble finalement avoir mal vieilli derrière sa caméra. Dommage.

Note : 2/10. En bref, un véritable gâchis.

Date de sortie : 7 décembre 2016

Commenter cet article