Critiques Séries : Doctor Who (2005). Saison 10. Episodes 2 et 3.

Critiques Séries : Doctor Who (2005). Saison 10. Episodes 2 et 3.

Doctor Who (2005) // Saison 10. Episodes 2 et 3. Smile / Thin Ice.


Après un retour en demi-teinte dans « The Pilot », la série revient ici et délivre deux solides épisodes. L’un des problèmes que j’ai eu avec le premier épisode c’est la superficialité de la chose et de la présentation de notre nouvelle compagne du Doctor. « Smile » permet de faire fonctionner différemment ce duo, ce qui est plutôt rassurant pour la suite de la série. Le Doctor et Bill sont très bien ensemble. Chaque Doctor mérite un monstre qui a été parfaitement construit pour faire face à ses plus grandes faiblesses. Pour l’incarnation de Peter Capaldi, ce pourrait très bien être ces robots complètement cinglés, encore plus fous que les Daleks. Alors que dans un sens, ils ressemblent un peu à ce que les Daleks étaient par le passé. Ce Doctor là n’est cependant pas comme les précédents, ce qui rend les choses forcément plus intéressantes à mon goût. Cet épisode est un peu étrange, dans le sens où sa façon de se raconter est assez unique. Ce n’est pas surprenant que cela se déroule au temps de Peter Capaldi sur le TARDIS puisque d’autres épisodes auparavant dans la série ont déjà eu le même but. Je pense à « The Girl Who Waited » notamment, proposant de se concentrer autrement sur les personnages. Mais « Smile » et « Heaven Sent » sont peut-être les meilleurs exemples de ce que Doctor Who peut faire quand elle a décidé de faire entièrement confiance à ses héros afin de porter l’histoire.

Capaldi et Pearl Mackie prouvent non seulement qu’ils sont prêt à relever le challenge, mais en plus de ça que leur histoire s’avère efficace et permet de les rapprocher. Je n’était pas tout à faire fan de la nouvelle compagne du Doctor dans le premier épisode de la saison mais je suis ravi de voir qu’ils sont capable de faire d’autres choses et c’est rassurant. Ecrit par Frank Cottrell-Boyce (à qui l’on doit « In the Forest of the Night » de la saison 8, qui dans mes souvenirs n’étaient pas une grande réussite), l’épisode aurait pu se rater complètement et c’est étrangement tout l’inverse qui se passe. Je trouve que cet épisode apporte une sorte de fraîcheur dans Doctor Who qui reste la bienvenue. Pas dans l’histoire principale qui est racontée dans le sens où le cas de la semaine est rarement original dans cette série, mais plutôt dans la façon dont les intrigues sont contées et comment les personnages parviennent à voler la vedette à l’histoire en un coup de cuillère à pot. Dans « Thin Ice », l’avantage c’est que les choses sont encore meilleures. C’est assez problématique de voir deux épisodes de Doctor Who, d’en avoir encore en retard et de s’arrêter sur « Thin Ice » qui ne fait que me donner envie de poursuivre l’aventure. Alors que les deux premiers épisodes de la saison étaient surtout là pour faire fonctionner l’alchimie entre Bill et le Doctor, celui-ci nous permet d’utiliser cette alchimie à bon escient.

Il y a tellement de choses à apprécier dans cet épisode, mais plus que tout, c’est que cet épisode est fun et qu’il m’a filé la banane. Peter Capaldi et Pearl Mackie sont très bien dans le registre comique. C’est ce que je remarque très bien dans cet épisode. Si Doctor Who peut utiliser ces deux là afin de nous faire plus rire, alors pourquoi pas après tout. Car la série reste drôle en temps normale quand elle le veut bien, mais l’humour est ici soigné et subtile. C’est tout ce qu’il fallait en attendre en somme. Je crois que la série n’avait pas été aussi fun depuis un sacré bout de temps, notamment car la saison précédente était surtout là pour nous déprimer. Je ne critique pas le fait que la saison précédente était un peu trop dépressive par moment, surtout car Doctor Who parvient ici à rebondir et à reprendre le jeu de l’humour intelligemment. Et puis bon, l’histoire du screwdriver de Doctor Who c’est un peu mythique. Et le fait que la série utilise le screwdriver comme une mécanique pour l’épisode est assez original dans son ensemble pour nous faire passer un très bon moment. Il y a des tas de surprises ici et là et au fond c’est plutôt rassurant dans son ensemble. Jusqu’à la scène finale qui permet de rendre à Doctor Who toute la magie dont elle est capable. Ainsi, Doctor Who trouve ici une façon de faire qui me plaît et qui change un peu de tout ce que la série a pu faire dernièrement.

Note : 9/10 et 10/10. En bref, deux solides épisodes de Doctor Who.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article