Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Flash. Saison 3. Episodes 21 et 22.

19 Mai 2017 , Rédigé par delromainzika

Critiques Séries : The Flash. Saison 3. Episodes 21 et 22.

The Flash // Saison 3. Episodes 21 et 22. Cause and Effect / Infantino Street.


Alors que l’on s’approche à grands pas du final de la saison, The Flash a un peu de mal à produire un solide épisode nous y préparant. En effet, « Infantino Street » souffre la plupart du temps des mêmes problèmes dont souffrait la saison jusqu’à présent. Fort heureusement que « Cause and Effect » était complètement différent et surtout bien plus passionnant. Rien que la dernière image de l’épisode avec ce requin monstrueux était un truc plutôt fun. « Cause and Effect » est un solide épisode, un brin meta sur les bords dans lequel Barry redécouvre ce que c’est que d’être The Flash et il était temps. L’épisode utilise alors les problèmes de Barry pour sortir de la torpeur dans laquelle il est depuis le début de la saison. L’épisode fonctionne, pas seulement pour la relation entre Barry et Iris qui est de nouveau mise en avant, mais plutôt pour des tas d’autres choses ici et là. L’épisode joue aussi la carte de la réponse aux fans qui ont pu critiquer la série pour son ton maussade ces derniers temps. Surtout du point de vue de Barry puisque les autres personnages n’avaient pas une telle intrigue à nous offrir. A certains moments, ici la série tente de reproduire des trucs quel’n a pu voir par le passé, différemment. Cet épisode doit gérer dans un premier temps les conséquences de la fin de l’épisode précédent et de la révélation qui en a découlé : la vraie identité de Savitar.

Si cette révélation ne s’est pas faite dans le meilleur épisode, il y avait largement de potentiel pour que la suite soit bien plus intéressante. Et c’est ce qui est arrivé à un moment donné. L’épisode utilise alors Savitar et son histoire, mais pas seulement. Il y a aussi la Team Flash, Barry qui semble enfin reprendre du plaisir à jouer le héros, etc. The Flash avait besoin de reprendre des couleurs et c’est ce que nous propose plutôt bien « Cause and Effect ». Mais ce que je ne comprends pas trop ici c’est comment la série peut utiliser « Infantino Street » comme un épisode qui lance la fin de la saison… Cependant, King Shark aurait pu être mieux utilisé, un peu comme les gorilles ont été utilisés dans la série. Ce n’était pas suffisamment fun pour que l’on s’éclate face à ce requin géant. Grodd était pour le coup un personnage bien plus intéressant, comme Cupid d’ailleurs. Ce que j’adorerais désormais c’est que Grodd, Cupid et King Shark puissent former une équipe. Ce serait fun de faire une sorte de Suicide Squad nouvelle génération avec tous ces monstres. Non ? Mais « Infantino Street » est surtout un épisode qui nous embarque vers la fin de la saison. Nous avons donc droit à tout un tas de scènes. A commencer par la fin de l’épisode avec Iris et le danger qu’elle court depuis le début de la saison.

On attend la mort d’Iris depuis un sacré bout de temps maintenant mais est-elle réellement morte ? C’est bien ce que je me demande. Je ne serais pas surpris que The Flash trouve encore un moyen de sauver un personnage alors qu’il pourrait être intelligent de supprimer Iris une bonne fois pour toute. Iris n’a jamais été un bon personnage dans cette série, comme Lauren avait été mal exploitée dans Arrow quand cette dernière a décidé de l’éliminer. Et cela n’a pas vraiment été une mauvaise chose puisque cette année Arrow ne s’était jamais aussi bien portée. A côté, The Flash est clairement en train de plonger malgré quelques trucs sympathiques ici et là, ou des épisodes comme « Cause and Effect » qui me redonnent toujours espoir qu’un jour la série va se reprendre en main. Le retour de Captain Cold dans cet épisode n’était pas utile mais elle s’avère être un bon accessoire. Wentworth Miller est toujours fun dans le rôle et même si l’épisode ne l’utilise pas judicieusement, il permet d’éviter à The Flash de partir en sucette ici et ce n’est pas plus mal. J’avais réellement besoin de ça. L’alchimie que Miller a développé avec Grant Gustin est là aussi un atout charme qui permet de passer un bon moment dans une intrigues à la mord moi le noeud dont l’épisode semble se contre foutre totalement.

Note : 7/10 et 5/10. En bref, The Flash n’est pas toujours aussi bonne qu’elle ne pourrait l’être. Dommage.

Commenter cet article