Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The White Princess. Mini-series. Part 1.

20 Mai 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The White Princess

Critiques Séries : The White Princess. Mini-series. Part 1.

The White Princess // Mini-series. Part 1.


Plutôt que de faire une seconde saison de The White Queen (et le titre aurait été difficilement cohérent), Starz a décidé de commander une suite sous la forme d’une nouvelle mini-série qui prend alors le nom de The White Princess, se déroulant en pleine Guerre des Deux-Roses en Angleterre au XVe siècle. L’originalité de The White Princess n’est pas forcément l’histoire de trônes que la série nous conte mais plutôt le point de vue choisi qui est celui des femmes. A cette époque là, les femmes n’étaient pas forcément toujours vues comme l’égal des hommes. Créée par Emma Frost (The White Queen), la série s’avère dans ce premier épisode être une suite intéressante et avoir une vraie idée derrière la tête. On sent que The White Princess n’a pas été balancée en plein milieu sans qu’il n’y ait un véritable but. Starz continue ainsi d’explorer le terrain de ces femmes derrière le trône et c’est un changement bienvenu. The White Queen était avant toute chose l’adaptation de trois livres de Philippa Gregory afin de raconter l’histoire d’Elizabeth Woodville, femme d’Edward IV ; celle d’Anne Neville, femme de Richard III et celle de Margaret Beaufort, mère d’Henry VII. Tous cherchent à prendre la tête du royaume au cours de cette fameuse guerre des roses.

Suite de "The White Queen" se déroulant pendant la Guerre des Deux-Roses en Angleterre (XVème siècle), selon le point de vue des femmes.

Tout au long de ce premier épisode, on retrouve alors la narration de The White Queen que je n’avais pas toujours trouvé séduisante. Mais certains ajustement ont été fait afin de nous proposer quelque chose de légèrement différent. Et c’est ainsi rassurant. En tant que série historique, The White Princess a clairement les moyens de ce qu’elle entreprend et c’est plutôt rassurant dans un sens. Comme sa prédécesseur, The White Princess parvient à tirer profit d’être également produite par BBC. Visuellement, la série nous transporter dans une autre époque, quelque chose que le groupe BBC a toujours réussi à faire avec ses séries historiques. The White Princess a donc ici une chance de montrer à quel point les femmes ont fait vivre un enfer à la monarchie à leur façon. Le travail de Philippa Gregory est intéressant mine de rien et cette adaptation colle parfaitement au courant actuel dans les séries qui cherche à mettre énormément de femmes en avant (Big Little Lies, The Good Fight, Feud, et j’en passe). Par ailleurs, Michelle Fairley (Game of Thrones) est parfaite dans le rôle de Margaret, une femme calculatrice et cruelle à la fois. Cette partie de l’histoire et ce personnage permettent encore une fois d’étendre l’histoire de l’époque avec notamment l’histoire de l’ascension des Tudors. Finalement, The White Princess sait être une série séduisante. Je regarderai volontiers la suite…

Note : 6.5/10. En bref, une série intéressante qui démontre ici une volonté et un potentiel.

Commenter cet article