Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Speechless (Saison 1, 23 épisodes) : la famille comme seul refuge

20 Mai 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Speechless

Speechless (Saison 1, 23 épisodes) : la famille comme seul refuge


Speechless est une comédie familiale comme les autres qui se déguise. Elle tente de raconter quelque chose de touchant au travers de l’humour qui forge la plupart des comédies familiales de ABC. Si Speechless n’est pas forcément mauvaise, elle n’est peut-être pas aussi bonne que j’aurais pu l’espérer. Je ne suis pas le plus grand fan de cette comédie, et pourtant elle se suit sans aucun déplaisir. Après, ce que je trouve dommage avec cette sitcom c’est qu’elle arrive pas mal de temps après d’autres et que la formule est un peu usée actuellement. Contrairement à American Housewife qui a réussi à trouver un angle intéressant, celle-ci choisit le handicap. Ce n’était pas facile de parler de handicap dans une comédie de network diffusée au beau milieu d’un carré sitcom. Cela aurait pu flinguer la programmation de ABC, pour la simple et bonne raison qu’en faire une comédie n’est pas ce qu’il y a de plus facile. Mais Speechless réussi surtout à raconter les choses différemment, avec un brin de mélancolie. C’est en grande partie dû à Minnie Driver qui était parfaite dans About a Boy et qui retrouve ici un rôle plus ou moins similaire dans le ton. Si j’aime bien cette actrice, je trouve que par rapport à la comédie de NBC dans laquelle elle jouait encore l’an dernier, elle l’a pas proposé grand chose de neuf.

Le pas reste intéressant car Speechless c’est aussi une comédie qui permet de mettre en avant une communauté, celle des personnes handicapées. Il est rare de voir le handicap être mis au coeur d’une série et c’est le cas de Speechless. Ce côté là est pour le coup travaillé. On sent que les scénaristes font attention à ce qu’ils disent, sur quoi ils peuvent rire (ou non), etc. La famille DiMeo est une famille classique avec des personnages classiques qui n’ont pas grand chose de neuf à offrir en termes d’intrigues. Au fil de la saison, même s’il y a une originalité là dedans au travers du handicap, je trouve que la série n’a pas apporté grand chose de neuf à son ensemble et c’est bien dommage. Je m’attendais à un truc différent et je ne l’ai malheureusement pas eu. Scott Silveri, le créateur de Speechless, a travaillé pendant des années sur Friends. Si je ne connais pas suffisamment ce scénariste pour comprendre sa façon de faire et ce qu’il a apporté à Friends, je pense que sur un CV cela reste une marque de confiance et il y a de bons moments dans cette comédie. Ici et là, certains épisodes fonctionnent plutôt bien et l’on passe ainsi un bon moment. Je n’en attendais pas moins de la part de cette comédie en soit, sauf peut-être d’être surpris un peu plus.

En effet, car dans sa façon d’entreprendre Speechless ne sort pas du lot. Elle ne sort pas du lot comme The Goldbergs, Black-ish, Fresh Off the Boat ou encore Modern Family. Toutes une des choses qui permettent de vraiment les différencier, à la fois dans le ton, les personnages et la façon de voir la famille. Fort heureusement que nous avons alors le personnage de Maya incarné par Minnie Driver. Finalement, s’il y a de bonnes idées dans Speechless, toutes ne sont pas forcément bonnes non plus. C’est le problème d’une comédie qui passe un peu partout et qui ne raconte pas forcément grand chose de surprenant non plus. Elle ne cherche pas à nous prendre de court, juste à nous faire passer un bon moment comme ça sans se poser toutes les questions que je me pose surement moi et qu’il ne fallait pas se poser. Speechless est donc un exemple de ce dont ABC est capable de produire à sa façon, sans que cela ne soit particulièrement brillant pour autant non plus. Finalement, Speechless n’est pas la comédie de l’année malgré le fait que le point de départ me rendait vraiment curieux. Il y a des tas de trucs ici et là qui fonctionnent bien mais j’aurais tellement adoré que cela aille un peu plus loin, peut-être que l’humour soit différent, plus osé et plus travaillé. C’est une comédie fainéante au fond, qui ne fait que reprendre ce que l’on a déjà vu auparavant en pensant que l’angle original du handicap est suffisant.

Note : 5/10. En bref, une semi déception. Speechless est une comédie qui a du coeur mais qui répète un peu trop ce que l’on a déjà vu en mieux ailleurs.

ABC a renouvelé Speechless pour une saison 2.

Commenter cet article

Angelilie 21/05/2017 15:17

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir. N"hésitez pas à visiter mon blog. lien sur mon pseudo. à bientôt