Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : K.O. (2017)

26 Juin 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : K.O. (2017)

K.O. // De Fabrice Gobert. Avec Laurent Lafitte et Chiara Mastroianni.


Tout est K.O. … Bon, je ne suis pas là pour chanter mais pour vous parler du premier long métrage de Fabrice Robert, réalisateur de la série Les Revenants. K.O. est un thriller paranoïaque avec une once de fantastique dedans (quand on comprend la fin bien entendu). Le film est parfois chaotique, mais intéressant dans sa façon de porter son histoire. Disons que le film cherche toujours à nous perdre dans son côté labyrinthique. En effet, le film joue avec la perception de la réalité et notre perception à nous de la réalité. Nous sommes à la fois dans une sorte de rêve, mais aussi dans une sorte de réalité et l’ensemble se mélange afin de nous faire nous poser des questions. Cependant, le film n’est pas toujours une brillante réussite, tirant quelques fois en longueur inutilement notamment sur la romance entre Antoine et Solange qui à la longue n’est pas l’aspect le plus intéressant de K.O.. Le film donne donc un peu trop de place à cette relation, même si ce n’est pas non plus catastrophique. Je reste donc un peu sur ma faim alors que le film était vraiment capable de faire bien mieux. Avec un tel film, il fallait rendre le tout un peu plus lisible alors que le tout est parfois un peu complexe. Il est difficile d’être convaincu jusqu’au bout malgré un casting solide.

Antoine Leconte est un homme de pouvoir arrogant et dominateur, tant dans son milieu professionnel que dans sa vie privée.
Au terme d’une journée particulière oppressante, il est plongé dans le coma.
À son réveil, plus rien n’est comme avant : Rêve ou réalité ? Complot ? Cauchemar ?…
Il est K.O.

En effet, Laurent Lafitte est parfait dans ce rôle d’homme perdu. L’acteur joue parfaitement ce double rôle, qui ne nous permet pas forcément de savoir où est-ce que l’on peut aller. Le film est sombre, mais dans le bon sens du terme dramatique. K.O. sait aussi créer de l’émotion brève par moment, même si ce n’est pas toujours aussi juste que l’on ne pourrait le souhaiter. Disons que K.O. a plein d’atouts mais pas toujours la meilleure façon de le faire. Le créateur des Revenants retrouve ici ce qui était un peu compliqué avec la série de Canal +. Cet environnement est très complexe à cerner. On ne sait pas trop dans quelle direction on va et le final est parfois un peu étrange. En effet, on ne sait pas trop où est-ce que l’on peut aller. Tout au long du film, on se pose des questions : est-ce la réalité ou bien est-ce un rêve ? Telle est la question. Fabrice Gobert est donc un peu le David Lynch français, ou en tout cas il tente clairement de l’être. C’est plutôt convaincant quand ça veut bien l’être et je pense que c’est ce qu’il y a de plus important. Finalement, K.O. est donc une bonne surprise qui ne se donne pas toujours les moyens d’éclore comme elle le devrait et c’est bien dommage.  

Note : 5/10. En bref, une belle tentative.

Commenter cet article