Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Blood Drive. Saison 1. Pilot.

15 Juin 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blood Drive

Critiques Séries : Blood Drive. Saison 1. Pilot.

Blood Drive // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Quand Syfy se lance dans les séries Grindhouse, cela donne Blood Drive. Créée par James Roland (Weeds, House of the Dead 2), la série nous plonge dans un univers de grosses voitures et d’hémoglobine. Contrairement à El Rey qui n’a pas vraiment réussi son virage Grindhouse avec un Robert Rodriguez fatigué, Syfy tente ici quelque chose de pas trop mal et je trouve que cela fonctionne plutôt bien. Blood Drive est aussi une série qui fonctionne dans son monde, ou en tout cas le monde qu’elle cherche à dépeindre : celui d’un genre particulier qu’il a toujours été difficile de développer dans les séries. Si au cinéma cela fonctionne généralement bien de Boulevard de la Mort à Machete Kills en passant par bien d’autres trucs, cela restait un enjeu de taille pour Syfy. Mais c’est aussi une façon pour la chaîne de se faire remarquer pour plusieurs raisons. Blood Drive est une série capable d’être le porte drapeau du Grindhouse à la télévision et ce n’était pas gagné au premier abord. Le truc c’est que Blood Drive parvient à mélanger tous les ingrédients du genre en un épisode (et donc probablement dans la suite) sans compter que ce premier épisode est mené tambour battant sans aucun temps mort. On ne s’ennuie pas même s’il faut aimer tout ce que l’épisode peut nous proposer : des seins, du sexe, du viol, du sang (et surtout beaucoup de sang), une voiture qui mange des corps pour drainer leur sang en guise d’essence, etc.

Dans un futur proche et à la suite d'une apocalypse, le dernier bon flic de Los Angeles est lancé au coeur d'une course mortelle aux côtés d'une femme qui ne l'est pas moins.

C’est sans compter que Blood Drive tire aussi du côté de la course de voiture donc sur le terrain de Boulevard de la Mort ou encore de Fast & Furious, comme si les deux avaient fait un bébé ensemble. Certes, Blood Drive n’a pas les qualités d’un Tarantino mais ce n’est pas vraiment le plus important. C’est trash à souhait et Blood Drive ne semble pas se prendre la tête avec quoi que ce soit car elle se permet toutes les conneries. Et c’est bien là que Blood Drive échoue un peu. Disons que dans ce premier épisode on a déjà l’impression de tout savoir et j’ai peur que les épisodes suivant répètent un peu trop le schéma déjà vu dans cet épisode. On est alors ici dans un univers Mad Max-esque où la police est privatisée, qu’il y a une nouvelle drogue qui a décidé la population et les villes sont devenues des ghettos dans lesquels c’est marche ou crève. La société dépeinte dans Blood Drive est plutôt sympathique même si pas exceptionnelle non plus. Je trouve dommage que Blood Drive n’aille peut-être pas plus loin dans ce qu’elle a de plus intelligent à développer mais bon, je sais là pour la suite. J’ai toujours aimé un bon film Grindhouse en plein été et à défaut d’en avoir au cinéma, Blood Drive sera une bonne alternative. La série n’est pas brillante mais elle maitrise assez bien tout ce qu’elle a entre les mains.

Note : 5/10. En bref, efficace bien que j’ai peur que cela se répète rapidement dans les épisodes suivants.

Commenter cet article