Critiques Séries : Twin Peaks. Saison 3. Episodes 5 et 6.

Critiques Séries : Twin Peaks. Saison 3. Episodes 5 et 6.

Twin Peaks // Saison 3. Episodes 5 et 6. The Return, Part 5 / The Return, Part 6.


Comme tous les épisodes depuis le début de la saison pour le moment, c’est encore une fois David Lynch qui est derrière la caméra et cela se ressent. Cette façon qu’il a d’utiliser l’écran est unique en son genre. Ce qui me fascine avec Twin Peaks c’est que ce n’est pas une série comme les autres alors que le point de départ aurait clairement pu l’être. C’est une série fantasmagorique, avec un angle très fantastique. Je pourrais dire qu’au fond Twin Peaks c’est de la science fiction. L’histoire de Dark Coop est peut-être bien ce que je préfère dans « Part 5 ». Disons que cet épisode utilise aussi bien pour la première fois ce personnage cette année. Peut-être aussi car Twin Peaks lui donne beaucoup plus de temps pour s’épanouir. Mais quoi qu’il en soit, c’était une excellente idée que de donner du temps à Dark Cooper, car Kyle MacLachlan est vraiment parfait une fois de plus. Twin Peaks n’est clairement pas une série linéaire et elle continue de le démontrer durant tout ces deux épisodes et depuis le début de la saison. Ce n’est pas une série comme les autres, structurellement elle continue dans « Part 5 » à nous proposer quelque chose de différent et c’est peut-être pour cela que ça fonctionne si bien aussi.

Je pense qu’avec cet épisode, Twin Peaks est obsédée par le côté véhicule. Non seulement les voitures et les plans sur les voitures sont nombreux, mais au delà de ça, c’est aussi une façon de se concentrer sur l’histoire de Twin Peaks de manière générale. La possession de Cooper est justement l’utilisation du corps comme un véhicule pour transporter quelque chose et en l’occurence ici une entité maléfique. Du coup, l’obsession pour les véhicules est une bonne chose qui fonctionne très bien ici. Dans le suivant, « Part 6 », c’est au retour de Dale Cooper de se réveiller et d’être un peu plus ouvert que dans les épisodes précédents. Cooper est donc ici différent et un peu plus enjoué que ce que l’on avait pu voir jusqu’à présent. La série continue d’utiliser des éléments que David Lynch connait et adore depuis des années : le noir. Nous avons donc le détective qui a un côté un peu sombre, la femme fatale, les jeux de lumière (sombres et éclairés), etc. C’est tout un tas de choses de ce genre là qui font le succès de Twin Peaks et justement son intérêt. Ce que l’on remarque en tout cas ici c’est que Twin Peaks a su construire une saison différente mais complémentaire par rapport à ce qui avait été fait précédemment. Et « Part 6 » est encourageant. J’ai adoré le passage de Cooper et du café.

C’est un moment qui est teinté de la même comédie que lorsqu’il tentait de petit déjeuner ou découvrait comment c’était d’aller aux toilettes. C’est ce genre de petites scènes qui font la réussite de Twin Peaks d’une façon différente. Car après tout, même si la série raconte des choses sérieuses, sont univers est tellement différent. Mais l’univers de Twin Peaks continue d’être complexe. £Il est difficile de comprendre parfois où est-ce que cette saison va bien pouvoir nous emmener mais le casting continue de briller et les intrigues d’évoluer à leur façon, dans le style d’un David Lynch bien plus inspiré cette année qu’il ne l’avait été lors de la seconde saison (que j’avais trouvé relativement décevante sur certains points).

Note : 8.5/10. En bref, deux solides aventures une fois de plus.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article