Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Spider-Man : Homecoming (2017)

13 Juillet 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Spider-Man : Homecoming (2017)

Spiderman : Homecoming // De Jon Watts. Avec Tom Holland, Michael Keaton et Robert Downey Jr.


Quand Sony avait décidé de virer Sam Raimi et de rebooter la franchise Spiderman c’était une erreur. Les deux volets de The Amazing Spiderman étaient mauvais et même si tout le monde n’est pas d’accord avec moi, c’était vraiment mauvais. Alors plutôt que de faire un 3ème volet, Sony a encore… rebooté la franchise afin cette fois-ci de tenter de trouver une nouvelle façon d’aborder le personnage de façon intelligente. Et ce qui est étonnant c’est que ça fonctionne. Spiderman : Homecoming est une bonne d’énergie qui prend le meilleur de ce que Sony pouvait faire en l’associant avec ce que Marvel fait depuis des années. Jon Watts (The Fuzz, Clown) avait un lourd travail sur les épaules, celui de nous faire oublier les films de Sam Raimi et surtout de nous faire oublier les films avec Andrew Garfield (même si ce n’était pas compliqué). Je n’attendais rien de ce Spiderman : Homecoming et finalement j’ai été agréablement surpris. L’angle comique de ce film fonctionne terriblement bien, délivrant une bonne dose d’humour jamais too-much, juste ce qu’il faut d’auto-dérision autour d’un personnage dont le scénario se moque de ses faiblesses. Tom Holland (The Impossible) trouve alors chaussures à son pied dans un rôle qui lui va comme un gant. Et ce n’était pas gagné d’avance.

Après ses spectaculaires débuts dans Captain America : Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super-héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s’efforce de reprendre sa vie d’avant, mais au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu’il est plus que le sympathique super héros du quartier. L’apparition d’un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui...

Spiderman : Homecoming utilise notamment Iron Man/Tony Stark dans le rôle du maître de stage qui va apprendre à Peter Parker à être le héros qu’il doit être. Les apparitions de certains membres du casting des Avengers permet d’intégrer intelligemment le personnage dans cette immense saga, tout en créant une nouvelle vision du personnage beaucoup plus équilibrée que les films de Mark Webb. Afin de ne pas nous rappeler tout ce qui a été fait auparavant, Spiderman : Homecoming décide aussi de nous présenter un autre vilain. En l’occurence ce sera le Vautour, incarné par un Michael Keaton en pleine forme. Ce dernier est parfait dans le rôle du vilain et je pense que Spiderman : Homecoming ne pouvait vraiment pas faire mieux. D’ailleurs, pour la petite anecdote, le Vautour est le vilain que Sam Raimi avait choisi pour le 4ème volet de Spider-Man qu’il voulait faire et qui n’a jamais vu le jour. Spiderman : Homecoming ne cherche pas non plus à nous raconter encore une fois les origines du héros (déjà présentée de façon rapide dans Captain America : Civil War) tout en n’oubliant jamais qu’il y a déjà eu pas mal de films sur Spider-Man auparavant (5 en tout !).

Si l’histoire est un brin classique et que certains rebondissements sont un peu faciles, l’ensemble fonctionne très bien. Il ne fallait pas mieux et le casting est solide. On a l’impression que Tom Holland s’est préparé à incarner Spider-Man depuis son plus jeune âge. Il y a la mentalité de lycéen, les erreurs qu’un ado peut faire mais tout cela est intégré de façon intelligente non sans humour. De plus, comment ne pas apprécier les apparitions de Pepper, Tony Stark ou même Happy Hogan (incarné par Jon Favreau, le réalisateur les deux premiers Iron Man). Finalement, d’un film dont je n’attendais rien sort un truc efficace, une belle aventure, avec ce qu’il faut d’effets spéciaux et l’humour que l’on n’avait pas vraiment eu dans Spider-Man auparavant.

Note : 8.5/10. En bref, un plaisir estival du début à la fin qui permet de rebooter efficacement une franchise qui avait du mal à se relancer…

Commenter cet article