Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fear the Walking Dead. Saison 3. Episodes 7 et 8.

11 Juillet 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Fear the Walking Dead

Critiques Séries : Fear the Walking Dead. Saison 3. Episodes 7 et 8.

Fear the Walking Dead // Saison 3. Episodes 7 et 8. The Unveiling / Children of Wrath.


A vouloir tout tirer en longueur, la série continue de proposer des trucs pas toujours brillants. « Children of Wrath » s’en sort un peu mieux que « The Unveiling » mais rien n’est vraiment fait pour nous donner envie d’aller bien plus loin et c’est dommage. Disons que cette intrigue de cowboys et indiens est un truc qui prête plus à rire qu’à autre chose. Oui, Fear the Walking Dead est là pour montrer à quel point les blancs sont des gens méchants, et que les indiens sont des gens gentils. Je ne suis pas là pour remettre en cause quoi que ce soit mais Fear the Walking Dead semble être au travers de cette intrigue un brin raciste. Le truc qui fait que cette intrigue de cowboys vs. indiens ne fonctionne pas c’est uniquement dû au fait que Fear the Walking Dead n’a jamais été une série nuancée. Plus le temps passe et il n’y a jamais vraiment eu de nuances là dedans. C’est vraiment dommage car je m’attendais à un truc complètement différent. Je suis forcé de constater qu’ils ne font pas vraiment d’efforts et que la subtilité n’est pas faite pour Fear the Walking Dead. C’est là que la famille Clark doit se faire une place au milieu de cet univers et devenir les portes drapeaux de l’histoire que la série veut nous raconter. Si ce n’est pas forcément une mauvaise idée, on sent que ce n’est pas ce que l’on espérait. Ni moi, ni les téléspectateurs.

Les audiences de Fear the Walking Dead n’ont de cesse de chuter (passant de 3 millions à presque tout juste 2 millions en seulement six épisodes), et cela peut se comprendre car contrairement à The Walking Dead qui avait pris un virage au bon moment et réussi à devenir attachante sur certains points, dans cette série je ne me suis attaché à personne. Car l’influence émotionnelle que la série tente de nous offrir ne fonctionne pas. Des fois, je me demande comment AMC peut être aussi aveugle avec certains de ses programmes. Avec ces deux épisodes, la série nous propose donc la fin de la première partie de la saison. Cela aurait dû être une façon de nous donner envie d’aller plus loin, de creuser un peu plus l’univers de la série. Car mine de rien, on nous plonge ici dans une culture totalement différente. On apprend qu’au camp des natifs nous avons Ofelia qui est en vie, Alicia est retenue en otage, Otto Sr avait laissé Ofelia pour morte dans le désert (et avait été sauvée par Qaletaqa Walker). Toutes ces petites intrigues ne sont pas forcément mauvaises au premier abord mais c’est installé de façon tellement lourde et ennuyeuse qu’il est difficile de se passionner pour l’ensemble. De plus, Fear the Walking Dead a un immense problème et c’est celui de l’attachement que l’on pourrait avoir envers les personnages.

Et sincèrement, je n’ai pas du tout envie. L’attaque de zombie en pleine nuit se déroulant entre les deux épisodes est sûrement l’un des rares grands moments mais la série n’a toujours rien compris. Plutôt que d’utiliser la scène finale de l’épisode 7 pour nous balancer un épisode 8 mené tambour battant, Fear the Walking Dead décide de façon les choses de façon légèrement différente avec son cold-open. L’avantage du cold-open de « Children of Wrath » c’est qu’il nous raconte l’histoire d’Ofelia dans le désert (et notamment de sa rencontre avec Otto Sr). C’est un cold-open sympathique qui utilise plutôt bien le décor qu’est le désert. Mais finalement, Fear the Walking Dead a bien du mal à rendre le tout aussi palpitant que cela ne devrait l’être. Certes, il y a de l’action par moment qui vient réveiller l’épisode mais ce n’était pas suffisant à mon goût. Bien entendu, on reprend rapidement de plus belle ce qui s’est passé sur le camp, mais ce n’est pas suffisant.

Note : 4/10 et 5/10. En bref, Fear the Walking Dead rame toujours pour nous intéresser.

Commenter cet article