Criminal Minds : Beyond Borders - Esprits Criminels : unité sans frontières (Saison 2, 13 épisodes) : les vilains étrangers, les gentils américains

Criminal Minds : Beyond Borders - Esprits Criminels : unité sans frontières (Saison 2, 13 épisodes) : les vilains étrangers, les gentils américains


CBS a sonné le glas à la fin de la saison, Criminal Minds : Beyond Borders n’aura pas de saison 3. Les audiences catastrophiques et les avis toujours aussi peu enjoués n’ont pas aidés mais ce spin off d’Esprits Criminels a en tout cas eu l’honneur de durer plus longtemps que le premier qui avait été produit il y a quelques années. Cette seconde saison ne change pas vraiment la formule utilisée durant la première saison. On voyage toujours de la même façon et l’on se retrouve clairement engoncés dans cette paranoïa à la sauce Donald Trump. Et ce n’est pas très encourageant. Sans trop savoir pourquoi je me suis calé devant cette seconde saison et j’ai enchaîné avec un peu de difficulté (car il faut avaler les épisodes sans les régurgiter) les treize aventures. Il y en a eu qui est assez drôle dans tout cela et je pense que c’est celle qui se déroule à Athènes en Grèce (2.08). Probablement car l’épisode est assez étrange et qu’en plus de tenter de reprendre les éléments narratifs de Criminal Minds, ajoute à cela tous les défauts de Criminal Minds : Beyond Borders. Notamment la xénophobie qui était l’un des problèmes de la première saison de la série et qui continue de faire rage ici.

Mais avant toute chose, il faudrait imaginer le scénario inverse de Beyond Borders, où des touristes étrangers seraient agressés sur le sol américain. A chaque fois qu’ils viennent. Imaginez un peu le truc. Vous voyez pourquoi Criminal Minds : Beyond Borders n’a pas réussi à prendre le problème de la bonne façon ? Car oui, une histoire de FBI qui vient sauver les américains agressés sur le sol étranger c’est une idée, sauf que j’ai connu des séries un brin similaire qui étaient bien plus pertinentes et je pense notamment à Crossing Lines. Il aurait été plus intéressant que l’équipe de Criminal Minds : Beyond Borders soit une équipe internationale chargée d’arrêter des criminels qui voyages entre les pays. Sauf que les Etats-Unis ce n’est pas l’Europe et il est un peu plus difficile de faire une série de ce genre là alors que Esprits Criminels est un peu le pendant de Crossing Lines finalement. D’une certaine façon dirons nous car la finesse du scénario est différente et la vision des choses est gore d’un côté, beaucoup plus centrée sur le thriller et l’action de l’autre. CBS continue donc avec cette seconde saison à proposer une série qui ne fonctionne pas, essorant plus qu’à raison, un filon qui est aujourd’hui usé.

Le phénomène des tueurs en série a besoin d’être laissé de côté un petit moment afin de reprendre du poil de la bête rapidement. C’est en tout cas ce que je ressens ici. Les personnages manquent toujours d’intérêt car Criminal Minds : Beyond Borders ne sait pas leur donner de relief. Gary Sinise n’est pas l’acteur le plus doué quand il s’agit de créer de l’émotionnel. On se souvient déjà de ses prestations dans Les Experts : Manhattan. Je regrette presque l’arrêt de cette série (et même de la franchise en générale) car la vision des Experts était beaucoup plus intéressante même si Cyber, le dernier spin off créé était un truc assez mauvais qui n’avait pas compris que le monde est désormais différent. Criminal Minds : Beyond Borders n’apporte donc rien de nouveau dans cette bouillasse légèrement indigeste. Le propos ne passe pas, restant pro-Trump et fermeture totale des frontières. Les étrangers sont les vilains, les américains sont les gentils. C’est un peu facile comme raccourci mais après tout c’est clairement ce que Criminal Minds : Beyond Borders tente de nous dire. Du coup, quand une telle série impose de penser que les américains sont les gentils persécutés et les étrangers les criminels de la pire espèce… je salue le public américain qui n’a pas trop adhéré et l’annulation de ce qui ressemble maintenant à un canular qui a voulu se prendre un peu trop au sérieux.

Note : 2/10. En bref, il y a des trucs drôles dans Criminal Minds : Beyond Borders, mais pas énormément…

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article