Critiques Séries : Marvel's The Defenders. Saison 1. Episodes 3 et 4.

Critiques Séries : Marvel's The Defenders. Saison 1. Episodes 3 et 4.

Marvel’s The Defenders // Saison 1. Episodes 3 et 4. Worst Behavior / Rayon Dragon.


Alors que l’on pouvait entrevoir la renaissance d’Elektra, elle est désormais effective dans l’épisode 1.03. Fort heureusement pour nous, « Worst Behavior » est un solide épisode, voire même brillant sur certains points. Avec cet épisode, les personnages commencent enfin à se rassembler. Mais l’introduction de l’épisode est en elle-même brillante. Sigourney Weaver était l’actrice parfaite pour incarner la vilaine de la saison et l’épisode n’aura de cesse de le démontrer. Le lien qu’elle créée avec Elektra après l’avoir fait renaitre est réellement intéressant et change de ce que j’avais imaginé au premier abord. Douglas Petrie (Daredevil) et Marco Ramirez (Daredevil) ont su créer une série qui se rapproche au mieux de ce que j’aime dans l’univers de Marvel sur Netflix. Le ton est donc plus proche de Daredevil que d’autres séries que je n’avais pas forcément adoré (même si elles avaient réussi à s’améliorer d’épisodes en épisodes). Du coup, « Worst Behavior » repose sur diverses relations. La première est celle entre Alexandra Reid et Elektra. Cette relation est intéressante car elle permet de ramener Elektra dans l’univers de façon soignée.

Ce retour n’est pas balayée en un coup de cuillère à peau et The Defenders prend son temps. Tout l’épisode prépare le retour au travers du personnage d’Alexandra. Mais cette dernière a plus d’un tour dans son sac et sait toujours comment faire pour asseoir son pouvoir. Ne serait-ce que lorsqu’elle s’assoit dans la salle de réunion avant qu’une petite bataille bien chorégraphiée sévisse et permette de rassembler tous les personnages. Mais pour rassembler tout le monde, The Defenders prend également son temps avec d’un côté Jessica et Matt, de l’autre Luke et Danny. Les deux duos font leur effet et c’est plus ou moins Claire Temple qui encore une fois joue le lien dont The Defenders avait réellement besoin. Rosario Dawson est apparue dans toutes les séries de l’univers de The Defenders et a toujours su créer un lien avec chacun des personnages. Mais les retrouvailles entre chacun permet de délivrer un solide épisode mettant enfin en place les enjeux et ambitions de la saison. Il y a enfin un face à face avec Elektra, mais aussi avec Alexandra. Sigourney Weaver sait s’imposer comme il se doit, et Elodie Yung est parfaite dans le rôle de la femme sur le retour.

Je pense que le retour d’Elektra était nécessaire pour donner à cette première saison de The Defenders un véritable intérêt. Sans elle, je me demande si au fond cette série n’aurait pas été comme n’importe quelle autre série de l’univers de The Defenders avec un vilain qui efface le reste des personnages. C’est aussi une occasion d’intégrer Stick alors que ce dernier est capturé par Alexandra. La série sait comment rassembler les personnages. Après tout, la rencontre entre Luke et Danny est parfaite (et Claire permet de faire le lien et de réconcilier tout le monde). L’histoire de ces deux personnages est différente mais complémentaire. Je pense que Netflix pourrait presque commander une série cross-over entre Luke Cage et Iron Fist car le duo fonctionne mieux que les deux séries séparément. A contrario, Dardevil et Jessica Jones fonctionnent très bien sans avoir besoin d’être rassemblés mais le face à face dans la salle d’interrogatoire est soigné et apporte un brin de légèreté dans ce monde de brutes. La fluidité de cet épisode permet de réellement lancer la saison alors que j’imaginais déjà The Defenders errer dans tous les sens.

Alors que tout cela nous met en appétit, « Royal Dragon » permet à The Defenders de faire une petite pause. Après tout, l’épisode précédent était déjà suffisamment riche et rythmé pour nourrir le suivant sans que ce dernier n’ait besoin d’en faire des tonnes. « Royal Dragon » rassemble donc tous les personnages et permet de nous proposer une sorte d’épisode bouteille, comme une opportunité d’enfermer tous les personnages et de créer une vraie synergie avec les personnages. Le fait de mettre tout le monde dans une même pièce impose une réflexion et pas mal de dialogues, plus que de scènes d’action, mais si c’était raté dans les deux premiers épisodes, ici c’était nécessaire. Cet épisode permet également de souligner d’autres choses comme le fait qu’Alexandra est en train de mourir et qu’elle est donc dans une sorte de course contre la montre. On ne sait pas encore quel est exactement le plan d’Alexandra mais pour le moment, The Defenders sait très bien s’y prendre pour nous donner envie d’en voir plus. Finalement, avec ces deux épisodes The Defenders parvient à nous proposer une vraie réunion entre les personnages tout en faisant des tas d’aller-retour entre vilains et vigilantes. Avec un brin d’humour dans le second et de l’action dans le premier, The Defenders ne s’en sort finalement pas trop mal.

Note : 9/10 et 7/10. En bref, il était temps mais The Defenders démarre enfin la machine et elle est plus solide que je n’aurais pu l’imaginer…

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article