BoJack Horseman (Saison 4, 12 épisodes) : pour l'amour du risque

BoJack Horseman (Saison 4, 12 épisodes) : pour l'amour du risque

BoJack Horseman continue son bout de chemin. Car oui, petit à petit l’oiseau fait son nid. Et cette petite série animée, cette satire d’Hollywood, s’est fait un chemin parmi les séries cultes de Netflix. Cela fait désormais 4 ans que cela existe et franchement, cela fait 4 ans que je passe toujours un excellent moment. Je me demande même si au fond cela ne s’est pas améliorée au fil du temps. Bojack est en tout cas le cheval le plus drôle de toute la télévision. Mais cette saison a un goût différent des autres, comme la saison précédente l’était également par rapport aux deux précédentes. Chaque année, BoJack Horseman sait se réinventer et proposer un truc totalement différent. Cela me fascine car je dois avouer que je ne m’y attendais pas du tout au premier abord. A chaque épisode, la série égraine alors des tas d’idées différentes et mélange alors tout un tas de trucs qui créent de très bonnes surprises. BoJack Horseman délivre alors une saison complètement différente de tout ce que j’avais imaginé. A la fin de la saison précédente, BoJack prenait la voiture et décidait alors de se faire la malle. Une bonne raison pour donner au personnage de nouvelles perspectives à explorer et de nouveaux horizons.

Ce n’est plus la même série que celle des débuts et je trouve ça fascinant car en se réinventant de cette façon, BoJack Horseman a su briller et c’est pour cela que ça fonctionne si bien. BoJack Horseman n’est pas une version animée d’Entourage, c’est une série beaucoup plus complexe que ça, dotée de personnages et de personnalités différentes et d’un héros qui parle de ce problème qui ronge Hollywood (ou Hollywoo dans la série). La série met encore une fois en exergue les problèmes psychologiques de chacun, la dépression dans laquelle le héros se plonge au fur et à mesure. Dans la saison 2, BoJack tentait de devenir une meilleure personne, sauf qu’il a échoué à cet exercice et est tombé alors dans tous les pièges du genre par la suite. Ici, ce n’est plus une série avec un arc narratif qui se suit, mais des petites aventures différentes les unes des autres. Le but est de se concentrer sur des petites histoires, des tragédies humaines intéressantes, tout cela basé autour de la famille et des amis de BoJack et en même temps sur BoJack lui même. Je crois que la seule intrigue un peu fil rouge de cette saison est celle de BoJack qui tente de créer un lien avec cette femme qui pourrait être ou ne pas être sa fille biologique.

L’idée est intéressante car la série explore alors tout un tas de choses au travers des émotions de son héros. Mais la série plonge également les personnages dans différentes relations. Comme celle entre Diane et Mr Peanutbutter que je trouve là aussi très bien développée cette année. Sans compter la capacité de Todd à se retrouver dans de sales situations en voulant aider les autres. Chaque intrigue de cette petite comédie est un truc indescriptible car la série sait rendre certains passages véritablement flamboyants. C'est étonnant et à la fois merveilleux. L'émotion que la série sait créer par exemple est elle aussi brillante. Finalement, la saison 4 est dans la lignée des précédentes alors que la série monte vraiment crescendo... Hâte de voir une saison 5 qui doit déjà être dans la tête de Netflix. Ce serait vraiment dommage mine de rien de s'arrêter en si bon chemin, surtout que la série sait se réinventer à chaque fois, sans jamais proposer des intrigues qui semblent être la répétition d'autres. Surtout que chaque saison est construite de façon différente.

Note : 9/10. En bref, la série continue de briller.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article