Critiques Séries : The Good Doctor. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : The Good Doctor. Saison 1. Pilot.

The Good Doctor // Saison 1. Episode 1. Pilot.


David Shore, le créateur de Dr House, revient aux séries médicales avec The Good Doctor (ABC). Celui à qui l’on doit Battle Creek (qui n’a connu qu’une saison sur CBS en 2015) et la très bonne Sneaky Pete (Amazon), nous propose ici un truc qu’il connait bien et qu’il a utilisé par le passé. Bon, qu’on se le dise, The Good Doctor est un peu une version inversée de House… C’est donc une série un peu facile à faire, et avec laquelle David Shore ne se prend pas la tête. Il laisse pas mal de choses à son acteur, Freddie Highmore, et se repose alors beaucoup sur lui. Comme House a pu se reposer sur Hugh Laurie. Mais David Shore est brillant car il sait construire des séries autour de personnages isolés dans la société et les personnes qui les entourent au quotidien. Il y a eu House dans un premier temps et maintenant il y a The Good Doctor. Je ne veux pas jouer la comparaison entre les deux séries mais The Good Doctor n’a de cesse de me ramener à House. Forcément que celui qui a craqué le code de la construction d’une série médicale peut très bien le refaire en le rebootant tranquillement mais sûrement. Mais The Good Doctor fait quelques erreurs. A commencer par le fait que la série passe trop de temps à tenter de jongler entre plusieurs trucs différents.

Atteint du syndrome d'Asperger, le chirurgien Shaun Murphy rejoint un prestigieux hôpital de Boston. Isolé, il éprouve des difficultés à s'intégrer à l'équipe. Mais en mettant son incroyable don au service de ses patients, ce jeune prodige suscite l'admiration de ses collègues, même les plus sceptiques.

Ensuite, il y a la perceptive que la série utilise afin de parler d’autisme (alors que cela peut être une mine d’idées à développer). Disons qu’elle n’a pas la bonne approche, qu’elle n’est pas toujours réaliste et je trouve ça dommage. Fort heureusement, Freddie Highmore est parfait dans le rôle et sait nous offrir une certaine forme de sympathie qui lui est naturel. Mais les bases d’une bonne série procédurale et médicale sont là donc ce qui est sûr, c’est que The Good Doctor a énormément de potentiel. Le reste du casting est plutôt solide lui aussi, de Richard Schiff à Beau Garrett, dans des rôles et pour des raisons différentes. La scène de l’aéroport au début de l’épisode est peut-être un peu facile, mais elle a le mérite de nous plonger directement au coeur du sujet de la série : son aspect médical. Ce n’est pas la première fois que l’on nous offre un médecin capable de sauver la vie de quelqu’un avec un cutter et une bouteille d’alcool. Mais au delà du côté McGyver qui est loin d’être le sujet même de la série, fort heureusement que The Good Doctor a su introduire ses personnages. Reste maintenant à ajuster quelques problèmes, notamment les flashbacks et quelques éléments dans la construction des intrigues qui suit un schéma peut-être un peu trop classique par rapport à House.

Note : 6/10. En bref, une introduction encourageante.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Alia 24/10/2017 07:36

J'ai préféré la série coréenne qui a pompé à 90% les lignes de dialogues et les tic du personnages principal. David Shore n'a fait ici aucune preuve d'imagination et n'a donc aucun mérite. A voir sur la durée.

Alia 24/10/2017 07:37

C'est la version US qui a pompé sur la série coréenne, bien sûr ^^