Critique Ciné : Les Nouvelles Aventures de Cendrillon (2017)

Critique Ciné : Les Nouvelles Aventures de Cendrillon (2017)

Les Nouvelles Aventures de Cendrillon // De Lionel Steketee. Avec Marilou Berry, Didier Bourdon et Josiane Balasko.


Après Les Nouvelles Aventures d’Aladin, voici venu le temps des Nouvelles Aventures de Cendrillon. La France continue son adaptation en comédies anachroniques des classiques de Disney pour un résultat ici plus que discutable. Ce n’est pas que je n’aime pas Marilou Berry, mais le film est sacrément affligeant sur de nombreux points. Le film ajoute alors des moments de comédie musicale moderne comme dans les aventures d’Aladin. Si ce côté clipesque fonctionne et réveille le spectateur, le reste du temps le film est sacrément pompeux et ennuyeux. Malgré la présence d’une Josiane Balasko dans le rôle de la belle-mère de sa propre fille à la ville… Ou encore de Didier Bourdon dans le rôle du Roi à remplacer. Ces points lourds du cinéma français ne font strictement rien pour sauver la vacuité de cette adaptation où chaque idée tombe un peu à plat. Oui, la musique apporte un côté fun par moment, mais le film n’arrive pas à mélanger tous les ingrédients pour en faire quelque chose de particulièrement digeste. Le film reprend les grandes lignes de l’histoire de Cendrillon et de ce point de vue là, c’est plutôt pompeux. Mais l’originalité de l’oeuvre ne fonctionne pas aussi bien que prévu. Surtout quand le film tente la métaphore du Marais sous couvert d’une séquence homophobe. On peut rire de tout, mais pas n’importe comment…

C’est l’anniversaire de Julie mais elle semble être la seule à s’en souvenir… Jusqu’à ce que Marco, l’homme qu’elle aime secrètement, l’appelle et lui annonce qu’il va passer chez elle pour lui déposer son fils car la baby-sitter a eu un contretemps. Julie est effondrée, tout le monde la considère comme une boniche. Seule avec ce petit garçon, particulièrement odieux, Julie décide de lui raconter l’histoire de Cendrillon… enfin presque.

Le plus film avance et plus j’ai été exaspéré de voir le désastre que cela a pu être. Le film avait le potentiel d’être réellement efficace mais il n’en est rien. C’est même tout le contraire. Du coup, on se retrouve avec un mélange étrange où Marilou Berry cabotine dans le célèbre rôle de Cendrillon. Malgré un casting plutôt solide et réussi, rien n’y personne ne sait comment faire pour sauver l’histoire de la noyade. Face à ce truc (que l’on ne peut décemment pas appeler un film), je me suis demandé de nombreuses fois comment cela pouvait réellement fonctionner. Les clins d’oeil aux autres films Disney comme La belle au bois dormant ou encore Blanche Neige et les 7 nains (ce qui permet de faire le lien avec Charming) ne fonctionnent pas aussi bien que prévu. Car ce n’est tout simplement pas drôle tant l’humour gras de bas étage devient plus exaspérant que réellement séduisant. Le film manque alors de plein de choses, que cela soit dans son humour, son scénario ou encore dans sa façon de mélanger tout un tas d’ingrédients anachroniques (et puis bon, une scène de course poursuite sur fond de la bande son de Boulevard de la Mort de Tarantino, ce n’est pas exceptionnel).

Note : 0/10. En bref, comment le cinéma français peut-il produire des trucs aussi immondes ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article