Critiques Séries : American Horror Story : Cult. Saison 7. Episode 7.

Critiques Séries : American Horror Story : Cult. Saison 7. Episode 7.

American Horror Story : Cult // Saison 7. Episode 7. Valerie Solanas Died for Your Sins : Scumbag.


Et si le tueur du Zodiac n’existait pas et que les meurtres étaient commis par un groupe de femmes voulant défendre leurs droits ? C’est tout de même un peu too-much de réécrire l’histoire du tueur du Zodiac, mais l’histoire permet de mettre en scène Lena Dunham (Girls) dans un rôle qui lui va bien, celui de Valerie Solanas, une intellectuelle féministe radicale américaine connue (et c’est pour de vrai) pour son pamphlet SCUM Manifesto. Mais elle a aussi tenté de tuer Andy Warhol, qui est incarné dans cet épisode par… Evan Peters. Mélanger l’Histoire avec American Horror Story est un truc que la série a toujours fait depuis ses débuts et cela a plutôt bien fonctionné par moment. Mais pour être tout à fait sincère, cet épisode est très étrange. Il prend la définition du titre de cette saison au pied de la lettre. L’ouverture de cet épisode gère alors les conséquences de la fin de l’épisode précédent. Le plan de Kai était le bon et Meadow a sauvé sa campagne. Tout le monde sait que Meadow est responsable de la tentative d’assassinat de Kai et Ally a beau être pour le moment hors de vue, la série décide de se concentrer sur Valerie Solanas et l’histoire de cette femme (qui va inspirer les femmes de cette saison 7 de American Horror Story).

Cet épisode inspire alors une révolution aidée par un tout nouveau personnage : Bebe Babbitt. Cette dernière est inspirée par Frances Conroy (Six Feet Under), déjà vu dans plusieurs rôles dans plusieurs saisons de la série, qui revient ici pour jouer un mauvais tour. Je ne m’attendais pas forcément au twist final de l’épisode mais Bebe est un personnage intéressant dans cette aventure qui change de ce que l’on avait pu voir jusqu’à présent. Le SCUM Manifesto est alors la nouvelle inspiration de tout le monde dans cet épisode, une philosophie qui va donner des ailes à Beverly Hope, notre reporter. J’aime bien ce que la série a tenté de construire en reliant toute cette histoire à celle du tueur du Zodiac. Et la philosophie de ces femmes qui attendaient d’atteindre le chiffre de 1000 meurtres avant de tout raconter au public et avoir un impact universel. Cette saison est clairement celle de la peur et American Horror Story : Cult justifie tout cela très bien dans cet épisode. Je ne m’attendais pas du tout à la fin à apprécier autant ce que j’ai vu à l’écran mais je dois reconnaître la capacité de American Horror Story : Cult à surprendre quand elle le veut bien. Surtout que ça fonctionne et je n’avais pas besoin de plus. Cet épisode est alors le point de départ de quelque chose d’autre, surtout avec la mort d’Harrison Wilton, tué par Ivy, Winter et Beverly.

Note : 7/10. En bref, un nouveau point de départ confus au premier abord, mais fascinant au second.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

mingh 19/10/2017 17:08

Episode étonnant... Plaisir de retrouver Frances Conroy . Cette saison 7 est bien fichue !