Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Big Mouth. Saison 1. Pilot.

2 Octobre 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Big Mouth

Critiques Séries : Big Mouth. Saison 1. Pilot.

Big Mouth // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Netflix a lancé pas mal de séries animées depuis qu’elle s’est lancée dans le monde de la création originale. Big Mouth est sa dernière création du genre, destinée à la fois aux ados mais aussi aux adultes. Créée par Jennifer Flackett, Mark Levin (L’île de Nim, Voyage au centre de la Terre) et Andrew Goldberg (Family Guy), on retrouve alors le côté enfantin qu’il fallait pour une telle comédie et le côté un peu plus adulte qui a fait le succès de Family Guy par exemple. Big Mouth est donc une comédie familiale avec ses propres délires. Ce qui est assez fun dans Big Mouth c’est la façon de moquer et rire des trucs les plus dégueulasses de la puberté. Et c’est une comédie qui finalement est beaucoup plus intelligente et joviale que je n’aurais pu l’imaginer. J’ai même déjà envie de regarder la suite au moment où j’écris ces lignes. Big Mouth décide de dépeindre la puberté comme un monstre hormonal qui prend une forme physique dans la série. Big Mouth n’épargne aucun détail dégueulas de la puberté, parlant de fluides, de la rage de vaincre, etc. De tout ce que l’on vit à l’âge de la puberté, de ce que l’on découvre et de notre envie de grandir. Ce qui fait l’intérêt de Big Mouth ce n’est pas vraiment son humour pipi-caca (et sexuel), mais plutôt le fait qu’elle inspire énormément de sympathie.

Les aventures d'adolescents à l'heure de la puberté.

Il y a un petit coeur qui bat dans Big Mouth et c’est pour cela que cette comédie fonctionne si bien. L’animation est quant à elle très soignée avec un visuel au trait fin qui donne tout son charme à cette comédie. Andrew de son côté a plutôt bien grandi, mais son meilleur ami Nick, est quand à lui toujours autant coincé dans sa vie de prépubère. Il manque de cet esprit pervers et sexuel qui est en train de prendre le dessus dans l’esprit d’Andrew. Après avoir vu ce premier épisode, j’ai hâte de voir si la suite va réussir à tenir le choc ou bien si la série va tomber dans tous les pièges de la comédie animée que j’ai tendance à apprécier puis à détester. Car Big Mouth n’est pas qu’un empilement de blagues de cul ou de blagues portées sur les moments les plus dégoutants de la puberté. C’est une série qui a une approche différente, qui parvient à créer un univers comique plaisant malgré toute la connerie qu’il peut y avoir au fond des dialogues. Car la puberté ce n’est pas qu’un changement physique, c’est aussi un moment de la vie où l’on apprend à grandir (et où l’on grandi réellement). Big Mouth est alors une bonne surprise à laquelle je ne m’attendais pas nécessairement.

Note : 6/10. En bref, avec un peu de coeur, on peut tout faire.

Commenter cet article