Critiques Séries : Gone. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : Gone. Saison 1. Pilot.

Gone // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Gone est l’une des premières séries internationales produite par TF1 International et RTL Télévision. C’est Matt Lopez, à qui l’on doit déjà L’apprenti sorcier ou encore La montagne ensorcelée qui se retrouve à la tête de cette série policière tout ce qu’il y a de plus classique. La seule vraie originalité de ce premier épisode, ce n’est pas dans la mécanique de la série, mais plutôt dans le casting qui est plutôt solide. En effet, on se retrouve tout de même avec Chris North (New York Section Criminelle), Leven Rambin (Terminator les chroniques de Sarah Connor, True Detective) et Danny Pino (New York Unité Spéciale). On peut dire que la série fait des efforts de casting mais le scénario suit tous les poncifs de la série procédurale. Et ce n’est pas spécialement ce qu’il y a de mieux. La scène d’introduction de ce premier épisode permet de suivre la rencontre entre Frank et Kick, mais le moment est mis en scène de façon terriblement ennuyeuse qu’il est difficile de réellement se sentir impliquer. Puis nous avons notre héroïne, qui de nos jours est une femme forte qui a appris à combattre suite à son kidnapping. Ce n’est pas que le point de départ est mauvais mais il n’est pas brillant non plus.

Kit « Kick » Lannigan est une rescapée d'un kidnapping particulièrement médiatisé. Elle a été sauvée par l'agent du F.B.I. Frank Booth. Déterminée à ne plus jamais être une victime, Kick s'entraîne aux arts martiaux et au maniement des armes à feu. Elle trouve sa vocation lorsque Booth la persuade de rejoindre une équipe spéciale chargée de résoudre les affaires d'enlèvements et de personnes disparues. Au cours de cette mission captivante, aux côtés de son partenaire John Bishop, ancien officier des services de renseignement de l'armée, Kick apporte à l'équipe sa connaissance unique de ce type de prédateur.

Pour ce qui est de la première affaire, qui découle de l’introduction des personnages et des liens qui les unissent, là aussi Gone n’a pas suffisamment le temps de tout mettre en place et se contente alors du strict minimum. Je m’attendais à un truc différent, peut-être un peu plus fun, mais je suis forcé de constater que le résultat est complètement différent. Même quand Gone apporte un brin de légèreté dans la vie de ses personnages, tout semble trop superficiel et forcé, comme si l’alchimie ne fonctionnait pas entre les différents personnages. C’est un truc que l’on avait déjà pu reconnaître dans Crossing Lines, autre production entre TF1 et RTL qui n’avait pas spécialement utilisé des subtilités pour introduire son univers ou ses personnages. On se retrouve donc avec un truc pas toujours des plus digestes alors que le potentiel était bel et bien présent. Finalement, Gone est loin de la bonne surprise que l’on était en droit d’attendre de la part de la série. Gone ne fera donc pas partie de mes priorités, mais j’ai donné sa chance à un truc qui sur le papier semblait un peu plus intéressant mais qui finit par n’être qu’une série policière classique dont la seule ambition est son précepte de départ.

Note : 4/10. En bref, la femme responsable des achats de moins de 50 ans sera ravie. Moi moins.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article