Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Sea Oak. Saison 1. Pilot.

10 Novembre 2017 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Sea Oak

Critiques Séries : Sea Oak. Saison 1. Pilot.

Sea Oak // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Le retour de Glenn Close à la télévision est une bonne idée. En tout cas, avec Sea Oak, Amazon détient une jolie perle ici. Créée par George Saunders et basée sur une nouvelle du même écrivain, la série nous plonge dans la petite ville de Rust Belt. La série est pleine de ressources qui ne sont pas sans rappeler d’autres séries mélodramatiques comme par exemple Transparent (également sur Amazon) même si les deux séries sont différentes. Notamment car ici il y a un twist fantastique. Traiter du retour d’entre les morts est intéressant, surtout pour un personnage comme Bernie qui a envie de vivre la vie qu’elle n’a jamais eu la chance de vivre. Le point de départ aurait pu être catastrophique, surtout que la première partie du pilote sert à nous présenter le personnage de Bernie et sa vie misérable. Mais le côté mélodramatique est arrangé de quelques moments beaucoup plus cocasses. L’humour noir fonctionne bien car il est soigné. Notamment la scène de l’enterrement de Bernie qui est sûrement l’un des meilleurs moments de ce pilote.

Vivant dans la Rust Belt (région industrielle des Etats-Unis), Bernie meurt tragiquement lors du cambriolage de son appartement. Insatisfaite de la vie qu'elle a menée, elle revient d'entre les morts, bien déterminée à vivre la vie qu'elle n'a jamais eu.

Par ailleurs, ce qui fait aussi l’intérêt de Sea Oak c’est son casting. Cela fait plaisir de retrouver Jane Levy, l’héroïne que j’avais adoré dans Suburgatory (ABC) et accessoirement James Van Der Beek (Dawson) que je ne m’attendais pas du tout à voir ici. Mais c’est clairement Glenn Close (que l’on n’avait pas vu à la télévision depuis Damages, en dehors d’une apparition dans Louie et de la voix qu’elle incarne dans Les Simpson) qui rend cette comédie dramatique si intéressante. Sa façon d’incarner Bernie apporte un vrai truc en plus ici. La seconde scène intéressante de ce premier épisode c’est le retour de Bernie d’entre les morts. Glenn Close est parfaite dans cette scène, dans ce monologue brillant qu’elle délivre à sa sauce. Cela fait plaisir de retrouver l’actrice dans un rôle aussi cocasse que celui-ci mine de rien. Surtout que je ne m’attendais pas nécessairement à ce que cela se déroule dans ce sens là. Je suis curieux d’en voir beaucoup plus car une fois le premier épisode terminé, je n’avais qu’une envie : en voir encore un plus. L’épisode passe à une telle allure et sa fin est tellement fun que l’on ne peut pas abandonner ce joyeux pèlerinage qui ne ressemble à aucune autre série actuellement diffusée. Car même le fana de la thématique mortuaire, Bryan Fuller, n’a jamais proposé un truc du genre.

Note : 9/10. En bref, Glenn Close rayonne dans ce pilote d’une série étonnante.

Commenter cet article