Critiques Séries : The Flash. Saison 4. Episodes 5, 6 et 7.

Critiques Séries : The Flash. Saison 4. Episodes 5, 6 et 7.

The Flash // Saison 4. Episodes 5, 6 et 7. Girls Night Out / When Harry Met Harry… / Therefore I Am.


Ce n’est pas toujours facile pour The Flash d’être à la hauteur. Du coup, malgré un solide « Girls Night Out », « When Harry Met Harry… » et « Therefore I Am » sont deux épisodes terriblement décevants qui ne sont pas spécialement à la hauteur de ce que j’aurais pu imaginer au départ. Notamment quand Barry retombe dans ses mauvaises habitudes et replonge alors The Flash dans le chaos. Par ailleurs, peut-être que « Girls Night Out » est aussi bon et efficace car il s’agit du premier épisode de The Flash sans Flash. Tout cela permet aussi de donner à d’autres personnages de quoi raconter une histoire, comme Iris par exemple. La série a voulu faire évoluer Iris cette année, notamment à STAR Labs et je dois avouer que « Girls Night Out » met tout cela en avant de façon plutôt intelligente. Je ne m’y attendais pas nécessairement mais le résultat est clairement là. Les femmes de la Team Flash (avec un peu d’aide de la part de la Team Arrow) vont alors s’occuper du cas de la semaine, ce qui change complètement de la dynamique habituelle. Ce changement est le bienvenu et pas seulement car Iris a droit à une place plus logique dans la série, mais aussi car cela permet de mettre en avant des femmes.

Et les femmes de l’univers DC Comics de The CW sont intéressantes car les scénaristes ont énormément bossés dessus mine de rien. Et cela se ressent du début à la fin de cet épisode. Tout cela permet aussi de recaler un peu les mecs de la série afin d’éviter que l’on ait l’impression encore et encore de voir toujours la même chose. C’est sans compter sur la présence de Katee Sackoff (Battlestar Galactica, Longmire), parfaite sous les traits d’Amunet. Mais les problèmes de la série n’ont pas totalement disparus et c’est là que « When Harry Met Harry… » replonge la série dans ses travers, et pas nécessairement les bons. Pourtant, avec de nouveaux personnages comme l’Homme élastique, la série a de quoi faire. En tombant ici dans une sorte d’auto-parodie, la série manque de cran et n’ose pas aller assez loin à mon goût. Si pour le moment les changements que The Flash est en train de faire à sa structure et ses personnage est plutôt bon, il était inévitable de voir un épisode légèrement décevant comme celui-ci. Peut-être aussi car cet épisode n’a pas nécessairement de conséquences dans l’univers de la série alors qu’il y avait bien plus à voir. Si l’épisode était aussi fun qu’il ne semble le croire, alors je pense que l’aventure aurait été bien plus fun.

Mais il n’en est rien car The Flash n’apprend pas toujours de ses erreurs et notamment quand elle pense pour elle même et pas vraiment pour les téléspectateurs. Ralph Dibny a beau avoir été bien introduit dans l’univers de The Flash, je trouve que la série n’exploite pas suffisamment bien son Homme élastique. Son costume est en plus de ça très fun et donne l’impression de sortir de ce film des années 90 des 4 Fantastiques qui avait été produit uniquement pour conserver les droits de la franchise. Si un bon vilain aurait sûrement sauvé l’épisode de la catastrophe, « When Harry Met Harry… » reste un épisode pavé de bonnes intentions. Et c’est peut-être ce qu’il faut retenir avant toute chose. Et puis il y a « Therefore I Am » qui fait encore pire que l’épisode précédent. Alors que l’on arrive à la fin du premier tiers de la série, je trouve que The Flash ne sait pas spécialement où est-ce qu’elle veut réellement aller et je trouve ça légèrement dommage. Je pense que la série doit travailler sur son arc narratif et donner un peu plus de matière au téléspectateur pour lui donner envie de suivre l’intrigue de la saison. Car pour le moment, ce n’est pas spécialement brillant.

Surtout dans cet épisode d’ailleurs. The Thinker pourrait avoir un arc narratif intéressant mais The Flash ne semble pas du tout savoir quoi en faire de façon juste. Cet épisode met en place des choses mais l’épisode en devient par moment légèrement irritant. Tout cela remet en question l’idée de donner à The Thinker un rôle plus important dans les épisodes suivants. En tout cas, avec la version du personnage que l’on nous offre dans cet épisode. Tout cela se fait bien évidemment en comptant le dilemme de Barry qui lui aussi n’est pas spécialement ce que The Flash a pu faire de mieux. Barry est un personnage compliqué qui est bien mieux dans des intrigues funs que dans la partie la plus sombre de sa propre personnalité. C’est en tout cas comme ça que je le ressens depuis le début. Les développements de cet épisode sont étranges et pas toujours aussi efficaces qu’ils ne devraient probablement l’être. C’est dommage mais c’est comme ça…

Note : 7.5/10, 4.5/10 et 4/10. En bref, The Flash continue d’enchaîner quelques déceptions alors qu’elle était sur la bonne voie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article