Critique Ciné : Crash Test Aglaé (2017)

Critique Ciné : Crash Test Aglaé (2017)

Crash Test Aglaé // De Eric Gravel. Avec India Hair et Julie Depardieu.


Parler de la délocalisation ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus facile, mais c’est un pari que Eric Gravel tente de relever avec son Crash Test Aglaé, qui est aussi son premier film. Avec un brin de poésie au travers de ce road movie, Crash Test Aglaé nous plonge dans les enjeux de la mondialisation non sans humour et sans folie et sans couleurs. Il y a une saveur de melting-pot mondial dans ce film qui se savoure de pays en pays, de voyages en voyages. La première partie du film n’est pas la plus intéressante ou la plus vivante mais le film sait comment s’y prendre tout de même pour nous surprendre. Car il y a de jolis moments touchants et surtout de l’humour jusqu’au bout qui aide à s’imprégner de cet univers atypique. La voix off est parfois un peu pesante mais le film trouve son rythme dans sa seconde partie, plus folle et plus intéressante. Le film est alors aidé par son solide trio d’actrices principales qui permettent de mettre en valeur les thématiques les plus importantes de ce film : mondialisation, crise sociale et affirmation de soi. Si sur le papier le film peut être sérieux, l’intérieur est beaucoup plus tendre et rigolo.

L'histoire d'une jeune ouvrière psychorigide dont le seul repère dans la vie est son travail. Lorsqu'elle apprend que son usine fait l'objet d'une délocalisation sauvage, elle accepte, au grand étonnement de l'entreprise, de poursuivre son boulot en Inde. Accompagnée de deux collègues, elle va entreprendre un absurde périple en voiture jusqu'au bout du monde qui se transformera en une improbable quête personnelle.

Crash Test Aglaé c’est aussi un film féminin plein de moments attachants où l’on tombe sous le charme de l’aventure de ces femmes. C’est une aventure atypique dans le cinéma français, mélangeant les problèmes sociaux et de mondialisation a ce que l’on pouvait retrouver dans Thelma et Louise. Mais derrière ce film se cache quelque chose de beaucoup plus profond. Même si quelques invraisemblances se cachent par moment dans le récit, celui-ci reste agréable à suivre jusqu’au bout. C’est un film feel-good que Eric Gravel parvient à mettre en scène en toute légèreté sans en faire des caisses. Ce jeune réalisateur franco-québécois donne envie de le suivre. C’est une bouffée d’air frais qui n’a pas nécessairement fait de vagues au cinéma, mais qui sait comment s’y prendre pour séduire son spectateur. Les paysages sont eux aussi emballants et étonnants, permettant de traverser le monde avec l’oeil d’un jeune réalisateur. Mention spéciale à India Haïr, que je ne connaissais pas vraiment et qui finie par devenir plus que séduisante. Un film inattendu que je recommande et j’avais loupé cet été au cinéma…

Note : 7/10. En bref, joli road-movie poétique et attachant.

Date de sortie :2 août 2017

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

brick making machine 19/12/2017 08:26

thank you so much.