Critique Ciné : The Lost City of Z (2017)

Critique Ciné : The Lost City of Z (2017)

The Lost City of Z // De James Gray. Avec Charlie Hunnam, Sienna Miller et Tom Holland.


The Lost City of Z c’est avant tout l’histoire vraie de Percival Harrison Fawcett, un grand explorateur du XXe siècle. Et l’histoire de cet homme est racontée dans The Lost City of Z : A Tale of Deadly Obsession in the Amazon de David Grann. C’est James Gray (Two Lovers, La nuit nous appartient) qui s’est alors collé à l’adaptation complexe de ce magnifique roman. Lui que l’on n’avait pas vu au cinéma depuis 2013 avec son très médiocre The Immigrant, revient ici au sommet de son art en changeant de lieu, d’époque et surtout de genre afin de nous offrir une aventure visuelle qui émerveille nos yeux jusqu’au bout. Car ce n’est pas une aventure comme les autres. En sortant un peu de New York et des grandes villes, James Gray s’offre ici un film étonnant, où Charlie Hunnam (Sons of Anarchy) ne peut que briller. Grandement aidé par le scénario et la direction d’acteur du film, il se donne à fond dans ce très joli récit. A ses côtés on retrouve tout de même un Robert Pattinson (Good Times) méconnaissable ou encore Sienna Miller, dans des rôles qui sied là aussi très bien aux personnalités de chacun. Mais ce n’est pas très surprenant de la part de James Gray qui est depuis les débuts de sa carrière un excellent directeur d’acteurs.

L’histoire vraie de Percival Harrison Fawcett, un des plus grands explorateurs du XXe siècle.
Percy Fawcett est un colonel britannique reconnu et un mari aimant. En 1906, alors qu’il s’apprête à devenir père, la Société géographique royale d'Angleterre lui propose de partir en Amazonie afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Sur place, l’homme se prend de passion pour l’exploration et découvre des traces de ce qu’il pense être une cité perdue très ancienne. De retour en Angleterre, Fawcett n’a de cesse de penser à cette mystérieuse civilisation, tiraillé entre son amour pour sa famille et sa soif d’exploration et de gloire…

Le film mélange alors les influences, tirant toute son énergie d’une jungle amazonienne que l’on voit rarement au cinéma. Cette jungle est inquiétante et curieuse, on ne sait pas vraiment où est-ce que l’on va mais comme nos explorateurs, on a la soif de découvrir ce que la suite du film peut nous offrir. Ce qui est intéressant dans la mise en scène de James Gray c’est cette façon qu’il a de renouveler un peu le genre tout en s’inspirant clairement de films comme Apocalypse Now ou encore Aguirre la colère de Dieu. Le film aborde l’inconnu et la fascination que cet inconnu peut avoir pour certains hommes. Au travers d’une mise en scène simple mais efficace, classique mais inventive, The Lost City of Z se propose comme un très beau film d’aventures. Au delà de quelques longueurs qui auraient pu gâcher le plaisir, le film sait en tout cas nous surprendre et surtout nous laisser prendre au jeu qu’il nous offre. The Lost City of Z est une aventure cinématographique, rien de plus, une oeuvre étonnante et surtout de qualité qui nous plonge au coeur d’une aventure que l’on suit avec passion comme son héros. Finalement, voici donc un très bon film qui a toutes les qualités pour séduire et qui permet de ne pas s’ennuyer pendant près de 2h20 de film tout de même (ce qui peut faire peur au premier abord).

Note : 9.5/10. En bref, un très beau film.

Date de sortie : 15 mars 2017

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article