Critique Ciné : Star Wars VIII : Les Derniers Jedi (2017)

Critique Ciné : Star Wars VIII : Les Derniers Jedi (2017)

Star Wars VIII : Les Derniers Jedi // De Rian Johnson. Avec Daisy Ridley et John Boyega.


Avec le précédent volet de la franchise, J.J. Abrams avait réussi à me donner envie d’aimer la franchise Star Wars. Un exploit, compte tenu du fait que globalement j’ai détesté la plupart des films auparavant. Mais avec Star Wars VIII, je n’ai pas retrouvé l’élégance de mise en scène de J.J. Abrams même si Rian Johnson tente de faire de son mieux. Du coup, je suis un peu plus septique sur pas mal de choses ici, même si globalement le film reste dans la lignée du précédent d’un point de vue narratif. Le film permet de resservir encore une fois les thématiques les plus importantes de la saga, en reprenant les thèmes fondateurs avec une belle envolée permettant encore une fois de créer des références. Dont une, impliquant une belle nostalgie bien vue. Mais le film donne parfois l’impression de répéter un schéma déjà utilisé précédemment dans la franchise, explorant encore et encore la dualité entre le bien et le mal (et cette attirance pour le mal que l’on peut avoir quand on est élève du bien). C’est parfois lourdement amené par un scénario manquant de subtilité, mais le film sait rester captivant malgré tout grâce à de bons moments et de jolies scènes de faces à faces aussi bien dans les étoiles que sur les terres d’une planète saline.

Les héros du Réveil de la force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé…

Certains passages ne sont pas aussi palpitants que d’autres (notamment tout le passage sur l’île, nécessaire dans l’exposition de l’intrigue de cet épisode, mais pas toujours captivant), et certains éléments narratifs sont créés pour ne devenir que de la déco (comme les petits porgs, très mignons mais strictement inutiles). Visuellement il y a donc des idées que Rian Johnson tente de faire passer et qui sont plutôt bonnes mais d’autres qui n’ont pas de grand intérêt. Il faut dire que le scénario est très simpliste, bien loin de celui de J.J. Abrams qui tentait de s’appuyer sur plusieurs générations de nostalgie de la franchise. Du coup, le manque de complexité dans le scénario et la façon de raconter l’histoire, ou même le manque de rythme par moment, laisse le film perdre un peu l’équilibre sans pour autant être aussi navrant que bien d’autres films de la saga. Le film manque donc un peu de libertés même s’il y a de belles tentatives ici et là, et Star Wars VIII déçoit donc un peu dans un manque cruel d’équilibre entre les intrigues, les personnages et l’utilisation des moyens visuels qui pour le coup ne sont pas à jeter. En jouant moins sur l’attachement émotionnel que pouvait créer J.J. Abrams mais plus sur des archétypes connus du genre, Johnson laisse donc un peu mi figue, mi raisin…

Note : 6/10. En bref, un brin décevant, un brin réussi, un film anecdotique dans une franchise pourtant majeur du cinéma de SF…

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article