Critique Ciné : Les mémoires d’un assassin international (2017)

Critique Ciné : Les mémoires d’un assassin international (2017)

Les mémoires d’un assassin international // De Jeff Wadlow. Avec Kevin James, Kim Coates et Maurice Compte.


Avec mon abonnement Netflix, parfois je plonge dans des eaux troubles, des trucs que j’avais zappé et Les mémoires d’un assassin international en fait partie. J’aime bien Kevin James la plupart du temps car il est amusant et c’est l’américain moyen avec qui on a envie de boire une bière pendant qu’il nous raconte une blague pourrie. Le scénario est terriblement farfelu, ce qui dans un sens est assez classique pour ce genre de comédies. Après avoir connu le succès dans la série Un Gars du Queens (de 1998 à 2007 tout de même), il s’est retrouvé au cinéma dans des trucs comme Hitch (conseillé par Will Smith sur la façon de draguer) ou dans la peau d’un vigile de supermarché avec Paul Blart. Il est actuellement à la tête de Kevin Can Wait sur CBS, une comédie médiocre, qui a ses bons moments mais que j’ai un peu zappé par manque de temps. Le problème avec Les mémoires d’un assassin international c’est que le film commence un peu comme Le magnifique mais comme c’est une comédie américaine, le film part souvent dans tous les sens ce qui rend le truc un peu moins efficace. Disons que le film se repose souvent sur un humour trop light et pas assez travaillé, ce qui impose d’abuser du second degré constamment. Après tout, tenir un film sur une histoire comme celle-ci n’est pas ce qu’il y avait de plus facile.

Un comptable qui aspire à devenir écrivain est pris par erreur pour un tueur à gages le jour où son roman sur un assassin de classe internationale est édité comme une histoire vraie.

C’est Jeff Wadlow (Kick-Ass 2, Never Back Down) qui s’est alors retrouvé derrière la mise en scène de ce petit film produit maison par Netflix. Si le réalisateur ne fait pas de grandes envolées lyriques avec sa mise en scène, ce n’est pas ce que l’on pouvait lui demander au départ. Du coup, Les mémoires d’un assassin international se repose alors plus sur Kevin James qu’autre chose. Même les personnages secondaires (notamment celui incarné par Andy Garcia) sont des clichés ambulants qu’il est difficile de croire par moment. L’introduction de Les mémoires d’un assassin international est même plus sympathique que le reste des aventures de notre héros. En effet, quand ce dernier se retrouve plongé dans au coeur d’un gang tenu de main de fer par un certain El Toro, alors on sait que l’on est en train de tomber dans tous les poncifs les moins reluisants du genre. Dommage car j’avais réellement envie de croire que Les mémoires d’un assassin international était bien mieux que ce qu’il pouvait démontrer ici. En voulant être une parodie de film d’action, Les mémoires d’un assassin international finit donc par devenir une mauvaise parodie de quelque chose qui est déjà très médiocre au départ avec personne pour réellement sauver le truc de la mascarade.

Note : 2/10. En bref, Kevin James peut mieux faire et surtout mieux choisir ses rôles…

Date de sortie : 11 novembre 2016 - Directement sur Netflix

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article