Critiques Séries : Arrow. Saison 6. Episodes 11, 12 et 13.

Critiques Séries : Arrow. Saison 6. Episodes 11, 12 et 13.

Arrow // Saison 6. Episodes 10, 11 et 12. Divided / We Fall / All For Nothing.


Mine de rien, cette saison 6 de Arrow a des qualités. Je dois les reconnaître car à un moment donné, je dirais qu’il y a des tas de problèmes mais que la série tente de les corriger. Parmi ces trois épisodes, nous avons tout de même « Divided », l’un des épisodes les plus intéressants depuis un bout de temps qui permet d’utiliser un peu mieux Michael Emerson. Je n’attends plus Arrow comme auparavant car d’autres séries de super-héros sont bien plus intéressantes maintenant à l’écran. Supergirl continue de garder sa constance, Black Lightning remplace un peu Arrow dans mon coeur et ce que Marvel fait sur Netflix fonctionne suffisamment bien pour le rassasier. Cela ne veut pas pour autant dire que Arrow est mauvaise, bien au contraire. « Divided » permet de retrouver la série en forme. Le cliffangher de fin décembre où Dinah, Curtis et Rene quittaient tous la Team Arrow était une occasion de bousculer un peu les codes pré-établis de la série et d’aller dans une nouvelle direction. La série décide alors de vivre autrement et cet épisode permet de diviser les personnages intelligemment tout en jouant des conséquences que cela peut avoir sur la dynamique que la série met en place depuis la saison 5 avec son lot de nouveaux personnages et de nouvelles menaces.

Plutôt que de conclure cette histoire et d’aller de l’avant tout de suite, Arrow décide de jauger un peu les conséquences et d’aller dans une direction différente de celle que j’avais imaginé au départ. Dinah, Rene et Curtis restent donc sur leur choix de la fin de l’épisode précédent. Les actions ont des conséquences et pour une fois que Arrow ne décide pas de prendre le chemin le plus facile en revenant rapidement en arrière, cela permet aussi de développer autrement ces trois personnages. L’épisode est aussi bourré de trouvailles qui permettent de donner une toute nouvelle énergie aux personnages et aux intrigues qui change de ce que l’on aurait pu voir auparavant. Les enjeux restent important, ce qui est encourageant là aussi, les risques aussi mais tout semble enfin prendre un chemin plus intéressant et palpitant que ce que la première partie de la saison a pu nous offrir par moment. Oliver est en danger, tout comme ses alliés, De son, côté, Michael Emerson trouve un bon équilibre à son personnage afin d’en faire l’un des meilleurs vilains de Arrow (ou en tout cas pouvoir le ranger dans cette catégorie car d’autres comme Deathstroke ont été des cauchemars du début à la fin).

Arrow vient de démontrer avec cet épisode qu’elle a encore de belles choses à nous raconter et qu’elle le fait de façon intelligente. Mais les bonnes nouvelles ne durent jamais et « We Fall » ne suit pas vraiment le même chemin. Disons que la faute de cet épisode n’est pas vraiment dû à l’épisode en tant que tel mais au fait que la série dure depuis un bout de temps maintenant et elle a donc moins de facilités à nous surprendre, ce qui est assez logique. Cela ne veut pas dire que Arrow ne peut plus divertir son téléspectateur alors que dans cet épisode nous avons une séquence assez épique pour nous laisser un bon souvenir malgré tout. La série revient souvent cette année dans sa zone de confort, sauf que ce n’est pas toujours en phase avec le développement des personnages et des relations entre eux. Le monologue de Felicty vient rappeler quant à lui dans cet épisode à quel point ce personnage est important et comment tout cela peut réellement fonctionner. Car mine de rien, c’est tout ce que j’aime dans cette série. C’est une scène importante qui fait en grande partie la qualité de cet épisode alors que le reste n’a pas de grandes surprises à nous offrir. Je dirais que le choix le plus étrange de la saison et donc de cet épisode est le fait qu’il n’était pas nécessaire de tuer Frank Pike, présent depuis la saison 1 de la série.

La façon dont tout cela est fait est un peu too-much. Certes le personnage n’était pas l’un des plus importants de la série, mais il a toujours été présent ici et là. On n’aura jamais eu l’occasion de se souvenir de lui comme de quelqu’un de bien ou d’important, ce qui est dommage. L’épisode est pourtant assez bon dans son ensemble, notamment grâce à un Michael Emerson parfait dans son rôle de vilain qui tient en bonne partie la barque afin qu’elle ne coule pas trop rapidement. Comme toutes les séries avec Michael Emerson (en tout cas c’est mon impression) ont droit à une petite référence à Lost qui est cachée et que seul les fans de la série de ABC verront. C’est le cas dans cet épisode d’Arrow, alors ce petit « easter egg » caché est plutôt fun. Mais la débandade vient avec « All For Nothing ». L’épisode ne démarrait pas forcément sous les meilleurs hospices non plus, ce qui dans un sens est assez logique mine de rien. Surtout quand on voit comment la série se comporte. Mais on a un peu l’habitude des épisodes décevants dans Arrow. Ce n’est pas que la série ne fonctionne pas, juste qu’elle ne sait pas toujours dans quelle direction elle veut réellement aller et c’est bien ce qu’il y a de plus problématique là dedans. Quand elle n’a pas de direction précise, alors les éléments narratifs partent en cacahuète.

Du coup, on se retrouve avec un épisode qui avait du potentiel, notamment du point de vue de Laurel, mais le résultat est bien loin d’ère à la hauteur de mes attentes. Je ne sais pas trop pourquoi Arrow ne fonctionne pas toujours, mais bon, on va dire que je suis habitué maintenant.

Note : 8/10, 5.5/10 et 4/10. En bref, un triplé en chute libre…

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article