Critique Ciné : Tomb Raider (2018)

Critique Ciné : Tomb Raider (2018)

Tomb Raider // De Roar Uthaug. Avec Alicia Vikander et Dominic West.


17 ans après la première adaptation cinématographique de Tomb Raider (de Simon West et avec Angelina Jolie), c’est au tour d’une nouvelle actrice (Alicia Vikander) de reprendre le rôle. Et si cette dernière a suivi un entrainement drastique pour entrer dans la peau du personnage et qu’elle s’en sort plutôt bien, le film met tout de même du temps à réellement démarrer. Toujours adapté du célèbre jeu vidéo, Tomb Raider met en scène Lara Croft qui part à la recherche de son père, disparu depuis sept ans maintenant. Les courses à vélo dans Londres c’est sympathique, mais cela donne au début du film l’impression de remplissage que je ne voulais pas voir. Surtout pour un film qui atteint péniblement les deux heures. Cela manque alors d’aventures, car même sur l’île, certains passages sont un peu moribond. Fort heureusement que le film est ponctué de bons moments, et Roar Uthaug (The Wave) s’en sort plutôt bien pour mettre en scène cette aventure mais au delà des prouesses physiques d’Alicia Vikander qui n’a pas peur de mouiller la chemise, il manque à ce film un petit truc en plus qui aurait pu en faire un vrai film d’aventures comme il n’y en a plus beaucoup au cinéma.

Lara Croft, 21 ans, n'a ni projet, ni ambition : fille d'un explorateur excentrique porté disparu depuis sept ans, cette jeune femme rebelle et indépendante refuse de reprendre l'empire de son père. Convaincue qu'il n'est pas mort, elle met le cap sur la destination où son père a été vu pour la dernière fois : la tombe légendaire d'une île mythique au large du Japon. Mais le voyage se révèle des plus périlleux et il lui faudra affronter d'innombrables ennemis et repousser ses propres limites pour devenir "Tomb Raider"…

Mais c’était un pari risqué car Tomb Raider est un jeu vidéo mythique et bien que je n’y ai jamais joué et que je ne connais donc pas l’histoire de base, j’ai l’impression que ce film veut tout mettre en même temps et à toutes les sauces. Les moindres rebondissements en deviennent alors ultra prévisibles et c’est bien là le problème. Le film prend donc des raccourcis afin de mener sa barque et dès que cela commence à se ramollir un peu, Tomb Raider a au moins le bon sens de nous offrir une scène d’action sympathique derrière. On perd alors un peu ce qu’il y avait pourtant dans le film de Simon West : les découvertes archéologiques, les aventures de Lara (ici affublée d’un japonais qui sert à tirer trois balles) et le mysticisme que l’on perd clairement ici. Ce n’est pas difficile de faire de Tomb Raider le meilleur film adapté des jeu vidéo étant donné que les deux précédents n’étaient pas fous mais j’aurais tellement aimé que l’on nous plonge dans ce monde autrement, peut-être avec un peu plus de vigueur afin de nous offrir un film équilibré. Et ce n’est pas vraiment le cas. Finalement, Tomb Raider est donc une déception mais un film sympathique aussi où l’action nous réveille à un moment où le film s’était un peu éteint (notamment durant la première demie heure qui paraît durer une éternité).

Note : 4.5/10. En bref, je vais être correct car j’ai apprécié une partie de ce film et l’actrice est cool, mais l’ensemble manque de pep’s et de surprises. Dommage… Reste alors l’actrice, parfaite dans le rôle principal.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article