Critiques Séries : Mosaic. Saison 1. Episodes 5 et 6.

Critiques Séries : Mosaic. Saison 1. Episodes 5 et 6.

Mosaic // Saison 1. Episodes 5 et 6.
SERIES FINALE


Cette mini-série est tout de même étrange par moment. Dans sa conclusion en tout cas, elle l’est réellement. Mais c’est aussi pour cela que l’on ne peut qu’apprécier Mosaic. Mais le fait est que la narration est construite de façon étrange et c’est pour cela qu’il fallait que je décortique dans mon esprit la fin de cette saison. Disons que l’histoire de cette série sort du lot, notamment car Ed Solomon a su créer une façon de dépeindre le whodunit complètement différente de ce à quoi le genre nous habitue… Il y a presque deux versions des choses dans cette série mais Steven Soderbergh démontre encore une fois avec ces deux derniers épisodes son goût pour les trucs plus réflexifs, qui posent des questions au téléspectateur sur ce qu’il pense de telle ou telle chose. Olivia Lake, incarnée par Sharon Stone, continue alors de faire son petit effet, pendant que l’on tente de comprendre ce qui lui est arrivé et qui l’a tué. Souvenez vous de sa disparition dans le second épisode de la saison, alors que les quatre derniers épisodes sautaient dans le temps, quatre ans après l’affaire quand cette dernière est réouverte afin de comprendre enfin une bonne fois pour toute ce qui est arrivée à cette écrivaine pour enfants.

Le décor joue lui aussi beaucoup dans la réussite de cette série et c’est un truc que j’aime beaucoup. Cela change de ce à quoi je m’étais habitué et ce n’est pas si mal. Quand le fiancé d’Olivia, Eric Neill a au début décidé de s’accuser du meurtre de sa femme, sa soeur Petra revient sur les lieux où tout s’est passé afin de laver son nom. Les révélations ne sont pas développées comme dans toutes les séries du genre et je dois avouer que c’est un truc que j’apprécie. Je ne m’y attendais pas du tout mais j’apprécie le résultat malgré tout. Tout au long de la saison, la série a décidé de faire en sorte que l’on pense Joel comme le coupable du meurtre. C’est façon de façon assez sous jacente mais intelligente, ce qui permet encore une fois dépasser un bon moment sans trop de poser de questions. Et Joel croit en plus avoir commis ce terrible crime, ce qui permet de creuser autrement la personnalité des gens et surtout de nous rendre un peu moins crédule face à un whodunit. Car la série ne veut pas d’une conclusion classique et veut nous offrir des surprises. C’est ce qu’elle fait ici en créant des rebondissements, certes un peu faciles, mais des rebondissements qui fonctionnent suffisamment bien.

En parallèle de tout cela, nous avons l’application. Avec ce que l’on peut apprendre dans cette dernière, la série décide dans sa version télévisée à rester ouverte aux théories des téléspectateurs et c’est pile poil ce qu’il nous fallait pour apprécier complètement le résultat. Finalement, voilà dont une série sympathique qui aura su me faire passer un agréable moment et c’est tout ce à quoi je m’attendais et tout ce que je rêvais de voir. Tout simplement. Je me demande maintenant ce que HBO compte faire de la série, même si une suite semble plus qu’impossible.

Note : 6.5/10. En bref, fin ouverte et plutôt réussie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article