The Flash (Saison 4, épisodes 16 à 19) : ou comment faire du neuf avec du vieux

The Flash (Saison 4, épisodes 16 à 19) : ou comment faire du neuf avec du vieux


Le problème de The Flash actuellement c’est d’avoir énormément de mal à trouver une certaine forme d’équilibre. Les épisodes s’enchaînent, ne se ressemblent pas nécessairement mais ne permettent pas de trouver un sens particulièrement intéressant à la saison. Elle oscille alors entre ce qu’elle maîtrise et ce qu’elle maîtrise un peu moins pour délivrer des trucs décevants et d’autres un poil plus palpitants. Comme avec « Run, Iris, Run » qui délivre quelque chose de fun mais de malheureusement frustrant. Candice Patton est parfaite dans cet épisode ce qui permet de rappeler aussi pourquoi on peut aimer The Flash pour bien des raisons. Sauf que le résultat n’est pas forcément aussi brillant que l’on ne pourrait l’espérer non plus. La série utilise encore et toujours les mêmes intrigues (ou bribes d’intrigues) pour raconter des trucs qui tournent en rond autour du même pot. Je sais bien que c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures mais tout de même, ce que The Flash tente de faire ici n’est pas toujours à la hauteur des attentes que je peux avoir après quatre saisons. Il y a fort heureusement de quoi passer un bon moment, comme Iris et Caitlin qui échangent de fringues. C’est fun et cela permet d’apporter un peu de légèreté bienvenue dans un épisode qui s’avère frustrant à la fin.

Cet épisode est donc réussi en grande partie pour Candice Patton qui délivre une performance à la hauteur des attentes pendant que tout le reste et notamment l’intrigue de la semaine ne sont pas spécialement à la hauteur de l’ambition que la série semble avoir avec Iris maintenant. L’arrivée de Matthew / Melting Pot incarné par Leonardo Nam (Westworld) est un développement prometteur de cet épisode mais une fois de plus, The Flash devrait surtout se concentrer sur ce qu’elle a déjà plutôt que de rechercher constamment une certaine forme de nouveauté qui n’apporte que très peu de nouveauté. Et quand on a Danny Trejo dans un épisode, on devrait être capable de voir un bon épisode de The Flash. Non ? C’est ce que j’avais imaginé avec « Null and Annoyed ». Dans cet épisode, Kevin Smith apporte un peu plus de sa propre patte, que l’on aime (ou pas). Je suis plutôt client de ce que Kevin Smith a pour habitude de faire mais le problème c’est que le résultat n’est pas toujours très bon. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à sauver de l’épisode, notamment car l’humour est plutôt sympathique mais l’univers de Smith n’est pas toujours en adéquation avec ce que The Flash veut constamment faire (et donc avec la vision de Greg Berlanti et cie).

Les défauts ne sont pas ceux de sa mise en scène ce qui est déjà pas mal plutôt ceux d’un script dont il n’est pas à l’origine. Je me demande si finalement The Flash n’aurait pas dû se concentrer sur le script avec Kevin Smith pour que l’épisode lui ressemble réellement. Car il apporte ce qu’il aime dans sa mise en scène, rendant certains moments plus étonnants que d’autres. Et puis il y a Ralph Dibny. J’ai l’impression que la série n’a de cesse de faire encore et encore des arcs narratifs où il faut faire évoluer le personnage et sa personnalité. Mais est-ce que c’est nécessaire d’en faire autant dans une seule et même saison ? Je ne suis pas sûr et certain, surtout quand on voit le résultat. Breacher, le personnage incarné par Danny Trejo dans cet épisode ne bénéficie pas non plus des atouts de metteur en scène de Kevin Smith ce qui ne vaut donc pas grand chose au final. A quoi bon inviter Kevin Smith si c’est pour lui refiler un tel épisode ? Je ne sais pas trop… J’avais mis de côté The Flash, non pas par plaisir mais disons que je ne m’amusais plus du tout avec la saison 4 et il me fallait prendre un peu de recul sur cet univers qui au fond est un univers que j’apprécie avec des personnages auxquels je suis attaché.

Quand The Flash tente de changer un peu les choses, cela peut donner « Lose Yourself », un épisode qui ressemble un peu plus à ce que The Flash semble vouloir construire cette saison qu’aux deux épisodes précédents. Avec des morts et des éléments beaucoup plus sombres, The Flash est capable d’être une série tout aussi fun. Disons que j’ai toujours aimé les histoires où les personnages échouent et c’est ce qui se passe cette fois-ci avec la Team Flash. Ce qui ne fonctionne pas toujours avec cette saison 4 c’est le fait que The Flash a voulu mélanger l’humour de la première saison et la légèreté d’une époque révolue dans la série avec des éléments plus sombres qui font l’intérêt de la série (par moment) depuis la saison 2. Le mélange ne prend pas toujours mais « Lose Yourself » parvient à changer un peu la donne et ce n’est pas une sinécure. Cet épisode a une double personnalité, avec beaucoup d’humour dans la première partie (et tout n’est pas parfait là dedans) et une seconde partie plus dramatique qui rappellent aussi que The Flash n’est pas toujours là pour nous faire rire. Il y a de l’action et une utilisation des personnages qui peut rester plaisante (mais pas totalement non plus). Disons qu’en étant un peu entre deux chaises, la série est coincée et a bien du mal à trouver le ton juste.

Cependant, là où la série fait le plus d’erreurs c’est dans ses épisodes de remplissage comme « Fury Rogue ». A quoi bon faire revenir Captain Cold si c’est pour faire un épisode aussi inutile ? Je me le demande. Wentworth Miller n’a pas été présent dans l’univers de The Flash depuis un sacré bout de temps (et même dans Legends of Tomorrow) et je dois avouer qu’il me manquait un peu car son personnage était bon. Mais si c’est pour le réduire à un épisode aussi insignifiant dans la saison, alors c’est dommage. La série n’a de cesse de gâcher de belles opportunités pour des trucs qui n’ont pas de grand intérêt et c’est dommage. « Fury Rouge » mélange tout mais alors que DeVoe continue de planer au dessus de la saison comme la grande menace, l’épisode ne fait rien pour donner un coup de fouet à cette intrigue. Bien au contraire je dirais qu’elle ne fait rien du tout pour nous séduire. Et c’est justement là le problème. Finalement, avec ces nouveaux épisodes, on ne peut pas vraiment dire que The Flash est sortie d’affaire. Elle a encore du pain sur la planche avant la fin de la saison pour regagner mon coeur…

Note : 6/10, 4.5/10, 5/10 et 4/10. En bref, d’échecs en échecs, The Flash tente de trouver un moyen d’échapper à la routine et cela ne fonctionne pas toujours très bien.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article