Critique Ciné : Fahrenheit 451 (2018)

Critique Ciné : Fahrenheit 451 (2018)

Fahrenheit 451 // De Ramin Bahrani. Avec Michael B. Jordan, Michaelk Shannon et Sofia Boutella.


Remake du film du même nom de François Truffaut (et datant de 1966), Fahrenheit 451 a été présenté en séance de minuit au Festival de Cannes. 42 ans après la première adaptation du roman de Ray Bradbury, c’est à Ramin Bahrani (99 Homes) qui tente de donner un niveau souffle à ce roman et à l’histoire derrière Fahrenheit 451. En ajoutant une bonne dose de réseaux sociaux, le film tente alors d’ajouter une dimension plus actuelle que le film de Truffaut, sauf que les deux ne sont pas comparables. Et ce même avec Michael B. Jordan (Black Panther) et Michael Shannon (Take Shelter) en guise de tête d’affiche, il est difficile d’apprécier pleinement ce remake. En surface, le film a tout pour fonctionner et surtout être réussi. Le roman de Ray Bradbury est particulièrement bon donc comment peut-on rater en partie en adaptation quand le matériel d’origine est aussi solide que celui de Fahrenheit 451 ? Je ne sais pas trop. Sans compter que le roman parle d’identité, d’anti-intellectualisme, de paranoïa technologique (car c’est le but de la sci-fi d’anticipation généralement), etc dans un environnement totalitaire. Ramin Bahrani est connu pour des films sociaux intéressants (ou moins) comme 99 Homes (avec Michael Shannon) ou Chop Shop, où il cherche à créer de l’empathie pour pour ses terribles vilains.

Dans un monde dystopique, la lecture est prohibée et les livres brûlés par les pompiers. Guy Montag est justement de ceux-là, et exécute ses missions sans aucun état d’âme. Mais un jour, il tombe sur un ouvrage, et décide inexplicablement de le garder et le cacher. Guy devient alors un hors la loi.

Sauf que plus le film avance et plus celui-ci a du mal à devenir aussi palpitant que le film d’origine ou le roman qui sait maintenir son suspense intelligemment. Puis nous avons l’introduction de Clarisse, incarnée par Sofia Boutella, qui est parfaite dans le rôle, mais le problème vient de la façon dont le scénario est construit. Ce n’est pas aussi palpitant que je n’aurais probablement pu l’espérer et je trouve ça vraiment dommage. Il y a cependant des images inspirées dans la mise en scène de Ramin Bahrani, et une jolie photographie léchée qui donne envie de rester dans l’aventure malgré tous les défauts que Fahrenheit 451 peut avoir. C’est surtout dans la seconde partie du film que ces images sont réellement belles et bonnes. Sauf que le film ne parvient pas à aller au bout de ce qu’il veut réellement et c’est dommage. Certaines scènes sont assez ridicules et n’ont pas l’impact voulu alors que la série avait réellement de quoi faire avec tout ce qu’elle a en stock. Je trouve donc dommage de ne pas aller suffisamment loin par moment, mais on ne peut pas trop en vouloir à HBO qui a tenté tant bien que mal de produire un film ambitieux. Il est juste dommage de voir qu’il est en partie raté.

Note : 4.5/10. En bref, pas le film que j’attendais et surtout pas à la hauteur du film de François Truffaut…

Date de sortie : 3 juin 2018 - Directement sur OCS

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article