Critiques Séries : Safe. Saison 1. Episodes 1 et 2.

Critiques Séries : Safe. Saison 1. Episodes 1 et 2.

Safe // Saison 1. Episodes 1 et 2. Episode One / Episode Two.


Co-production entre Netflix et Canal +, Safe sera proposée sur C8 en France (et sur Netflix à l’international). C’est Harlan Coben, le spécialiste du thriller polar, qui est à l’origine de Safe. On lui doit notamment The Five (Sky 1) chez nos amis britanniques et plusieurs de ses romans ont été adaptés comm Juste un regard ou Une chance de trop pour TF1, mais également Ne le dis à personne pour le cinéma par Guillaume Canet. J’ai toujours aimé les romans du romancier (même si je suis loin d’avoir tout lu) alors j’étais curieux de découvrir ce que Safe avait en stock pour nous. Dotée d’un casting élégant, de Michael C. Hall (Dexter) à Audrey Fleurot (Engrenages), il y a en a pour tous les goûts. Harlan Coben a une façon bien à lui de gérer le suspense, ce qui donne constamment envie de poursuivre de pages en pages et ici d’épisodes en épisodes. Safe est clairement construite comme une série Netflix, où chaque épisode s’enchaîne et est prêt pour être binge-watché. Il s’agit de la seconde création originale du romancier, qui n’est pas adaptée de l’un de ses romans, et rapidement on sent la patte du créateur. Nous sommes ici dans la banlieue de Liverpool et je dois avouer que je ne m’attendais pas à entendre Michael C. Hall avec un accent britannique, réussi (même si par moment un peu forcé).

Récemment veuf, Tom est à l’aube d’une nouvelle vie avec ses deux filles, au sein d’une communauté privilégiée et protégée. Mais des secrets profondément enfouis vont venir bouleverser tout ce bel équilibre. Disparition mystérieuse, adultères, assassinat … Tom réalise qu’il ne connait pas réellement ceux qui l’entourent. Parviendra-t-il à protéger ses proches contre les dangers qui les guettent ?"

Avec ces deux épisodes, la série se prend par moment un peu trop au sérieux, laissant alors peu de place au fun. On est dans une intrigue qui ne laisse aucun répit au téléspectateur ce qui est une bonne chose. Cela évite en deux épisodes de commencer à s’ennuyer. Bien au contraire, on nous dévoile suffisamment de choses tout au long de ces deux épisodes pour nous donner envie d’en découvrir toujours un peu plus. Les indices que l’on trouve sur la disparition de la fille de Tom donnent par moment l’impression d’être dans un film produit par Luc Besson (Taken, ça vous dit quelque chose ?). Tous les personnages ont des problèmes, même la fliquette chargée de l’enquête incarnée par Amanda Abbington (Sherlock) et qui s’en sort royalement bien. J’ai toujours adoré les séries de ce genre là où chaque personnage a un secret bien gardé qui va lui revenir en pleine figure à un moment donné. C’est un peu ici comme Desperate Housewives mais en version thriller, donc avec un peu moins de comédie dedans. Car si certaines scènes peuvent prêter à rire, elles ne sont pas toutes très drôles. On a déjà vu la structure de cette série ailleurs, et souvent en mieux, mais le spectacle est suffisamment rythmé avec un casting solide pour ne pas nous donner envie d’être trop regardants.

Note : 6.5/10. En bref, une série sympathique avec son lot de surprises, de cliffanghers et de révélations qui donne envie de s’accrocher jusqu’au bout.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article