Critiques Séries : Pose. Saison 1. Episode 2.

Critiques Séries : Pose. Saison 1. Episode 2.

Pose // Saison 1. Episode 2. Access.


La série continue d’explorer la dynamique des personnages dans un nouveau solide épisode. Je dois avouer que je ne m’attendais pas nécessairement à être aussi touché par ce que Pose raconte car ce n’est pas vraiment ma génération mais chaque épisode reflète quelque chose qui est encore valable aujourd’hui dans notre société. Cet épisode décide alors de discuter d’une thématique importante dans les années 80 sur l’éducation au sexe protégé. Quand Blanca donne des conseils à Damon, il se passe quelque chose au début de cet épisode. Damon a beau avoir rencontré Ricky, Blanca n’a pas envie qu’il finisse comme elle (puisqu’elle est atteinte du VIH). La série exploite alors la peur de l’époque et l’insouciance des ados, quelque chose qui est encore valable aujourd’hui alors que les nouvelles générations sont beaucoup moins sensibilisées au sexe protégé (malgré l’arrivée de nouveaux moyens de protection comme la PreP). Du coup, même si Pose n’est pas située dans les années 2010, la série raisonne encore très bien avec ce qui se passe actuellement dans la communauté gay. Ryan Murphy, qui est maintenant papa, veut clairement faire passer un message avec Pose et je trouve que le message est beau. « Access » n’est pas anodin et permet de donner un tout nouveau sens à l’histoire que je pensais que Pose voulait raconter au départ.

Car le vrai sujet de cette série ce n’est pas vraiment la danse mais plutôt cette sous-culture LGBTQI qui ajoute forcément de l’originalité dans la façon d’aborder le propos qui est encore valable de nos jours. Damon est quelqu’un de romantique et sa vision des choses n’est pas vraiment la même que Ricky, un jeune homme charmant qui flirte avec lui presque de façon immédiate. La série décide alors ici de poser des questions intéressantes sur l’amour. Pas seulement pour Damon, mais aussi pour d’autres personnages de la série. On ressent alors dans le propos de cet épisode papa Murphy qui parle mais si la morale aurait pu être dégoulinante et ennuyeuse, elle est tout le contraire car elle est faite de façon brillante et avec les émotions qui vont avec. Je pense que Ryan Murphy se voit un peu en Blanca et tente de donner au personnage tout ce qu’il peut pour qu’elle fasse passer ses messages. La série aime aussi la thématique de l’appartenance, sur le fait de trouver sa propre communauté et l’arc narratif de Stan donne une version complètement différente de tout cela. Damon, Blanca, Ricky et Angel cherchent un sens d’appartenance dans le but de survivre alors que ce n’est pas vraiment le cas pour Stan qui veut ce sentiment pour le pouvoir que cela apporte derrière. Si la série tente à tout prix de rendre Stan touchant, je ne me sens pas encore totalement concerné par son histoire. C’est dommage…

Note : 9/10. En bref, encore un solide épisode de Pose.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article