Critiques Séries : Westworld. Saison 2. Episode 10.

Critiques Séries : Westworld. Saison 2. Episode 10.

Westworld // Saison 2. Episode 10. The Passenger.
SEASON FINALE


Avec un très joli twist inattendu, ce dernier épisode de la saison 2 de Westworld change l’histoire de la série à tout jamais. Mais la série a aussi décidé de garder ses plus grandes révélations à la fin de cet épisode. Les 40 dernières minutes (sur l’heure et demie qui compose cet épisode) permettent alors de balayer pas mal de questions et de donner de nouvelles réponses. Je dois avouer que l’on pouvait imaginer ce que la série allait nous révéler pas moment, notamment sur la vraie identité de la Charlotte du présent. Charlotte est donc Dolores, déguisée en quelqu’un en qui on peut avoir confiance mais tout cela permet aussi à la série d’aller de l’avant et d’éliminer un personnage en lui donnant un tout autre visage. Comme à la fin de la première saison, Westworld nous révèle ce que l’on a réellement vu toute la saison (et ce que cela a pu impliquer d’une certaine façon sur la longueur) et cette fin fait la promesse d’un nouveau terrain à explorer dans les prochains épisodes à venir. Et quand on voit ce que la saison a fait, je dois avouer que je suis étonné et que j’ai hâte de voir ce que la saison 2 a en stock pour nous. Il y a pas mal de promesses qui sont faites et mine de rien, c’est très important pour nous donner envie de revenir. Cette saison 2 aura été un peu plus fluide que la précédente même si par moment, en dehors de certains épisodes riches en émotion, le fond du propos n’était pas toujours réussi.

Si dans le fond Westworld reste une série simpliste, on pourrait trouver cela décevant. Pourquoi ? Tout simplement car les fans de la série sont aussi ceux d’autres séries de Jonathan Nolan et des producteurs : Person of Interest, Fringe, Lost, etc. Il y a aussi une théorie intéressante qui vient dans cet épisode avec le titre de cert épisode. « Passenger » c’est le terme que Bernard et « Logan » utilisent afin de décrire les humains. Le système que William a créé dans le but de découvrir la nature de l’humanité lui a permis de comprendre que l’on est essentiellement des créatures passives qui avancent dans le monde avec les algorithmes limités de notre cerveau. Le lire arbitre est une illusion que les humains auraient alors créé dans le but de nous permettre de se sentir mieux. Mais en réalité, nous ne sommes que des passager, allant d’un point A à un point B, jusqu’à ce que l’on meurt. J’aime bien cette perspective qui tente de dépeindre les hôtes comme des gens plus intelligents et donc l’avenir de l’humanité (qui de son côté est vouée à l’extinction). La série ne nous fait pas de grandes révélations dans cet épisode finalement, car la plupart des choses étaient faciles à deviner mais l’ensemble fonctionne très bien car les personnages sont solides et passionnants.

La série créée alors dans cet épisode un tout nouveau conflit qui va nous sortir du parc afin d’aller dans le monde réel (et donc le monde réel futur). Reste cette scène post-générique avec William, l’un des survivants du parc, après avoir perdu sa main (et je pense que dans le chaos personne n’a compris qu’il avait tué sa propre fille et une partie des membres de la sécurité de Delos).  

Note : 9.5/10. En bref, un épisode étonnant.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

Stephane Pellegrino 26/06/2018 00:15

Oui, un grand bravo aux acteurs (je pense, entre autres, à Mullan, Ed Harris et Zahn McClarnon qui sont fabuleux)
Oui, qualité technique, et zik au top
Oui, la reflexion de départ est géniale, mais...

LE problème vient du fait que le scénar. a de très grosses faiblesses, et essaye -maladroitement- de les cacher.

Parce que franchement :
Arnold crée Dolores, Dolores tue Arnold, puis recrée Arnold en Bernard (oaaa elle a changé le nom, pas con le robot)
qui à son tour va tuer Dolores qu'il recrée en Hale machin bidule, qui tue Bernard pour, in fine, recréer Bernard et la Dolores du début

... Là, j'ai carrément le sentiment d'être pris pour une bille (comme savait si bien le faire Lost)

Le truc de la timeline, ca va 5mn, mais au bon d'un moment, une timeline dans une timeline, ca devient un peu lourd
narrativement parlant.

Autre fumisterie : Bcp d'épisodes se répètent ou (pire) ne servent à rien (A part en foutre plein la vue)

En vrac :
- L'histoire de Maeve, bien jouée, bien racontée, mais elle sert à quoi ?
A dire que les "robots" sont plus humains que l'humain ? Ok, Mr Tyrell on a bien compris ;)

- Idem pour Akecheta, j'ai adoré, mais ca sert à quoi là aussi ?

- Tout le "Shogun world", très bien fait, décors sublimes, etc. mais ca ne fait pas avancer le schmilblick



Donc 9.5, pour un truc aussi décousu, vous êtes sympa...